Aller au contenu principal

MAIS OÙ EST LE BON BEC, LE BON BEC DE PARIS ?

7 janvier 2013

Mais où est le bon bec, le bon bec de Paris ?

Suite de triolets

À ce Michel Thomas,  pour lui clouer le bec.

 

                                            I

À Paname sur-Seine, ou bien plutôt… sur scène,

Il est un lieu je crois, nommé France-Inculture 

Où l’ignoble se joint à l’immonde et l’obscène.  

À Paname sur-Seine, ou bien plutôt… sur scène.

*

Des Arts, toute la lie, en chienlit, y assène 

Les vomis des bourgeois en sous-littérature.

À Paname sur-Seine, ou bien plutôt… sur scène,

Il est un lieu putride et c’est France-Inculture. 

                                              II

On y fait la réclame, en ronds de jambes viles

Des crétins, des obtus ; têtes hydrocéphales

De la médiocrité tant laide qu’incivile

Dont on fait la réclame, en ronds de jambes viles.

*

On étale la carte, en piteux vaudeville,

De Tendre aux décatis ; et dégueulis s’affale :

On y fait la réclame, en ronds de jambes viles

Des crétins, des obtus : têtes hydrocéphales.

                                              III

Huchons donc à tous vents, l’hallali d’un grotesque 

Qui fréquente en ces lieux, plumitif aux gonds courts,

Et donnons de la Merdre et autres arabesques ; 

Huchons donc, à tous vents, l’hallali d’un grotesque !

*

S’il lui sied sans façon de rimer, barbaresque,

Comme un gland et selon les talents d’un con gourd,

Huchons donc, à tous vents, l’hallali d’un grotesque 

Qui fréquente en ces lieux, plumitif aux gonds courts.

                                           IV

Hululons à l’écho, l’hallali d’un pantin

Dont la bite est vulgaire, en un quai sans galion,

Oui, foutre ! sa manière est image sans teint.

Hululons à l’écho, l’hallali d’un pantin.

*

Et prions tous les dieux que jamais nos destins

Ne s’abîment si bas, hé fiers ! restons des lions ;

Hululons à l’écho, l’hallali d’un pantin

Dont la bite est vulgaire, en un quai sans galion.

                                       V

Achevons notre dit sur l’âme vérolée

D’un amant des Élus, idolâtre pervers

Applaudissant la barbarie auréolée ;

Achevons dans l’émoi cette âme vérolée.

*

Valeurs, Vertu et Vérité sont enrôlées

Par le Diable en personne en son monde à l’envers.

Achevons du salaud cette âme vérolée,

Cet amant des Élus, idolâtre pervers.

Publicités

From → divers

Commentaires fermés