Skip to content

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 30 avril

Le jeune cinéaste français Sébastien Guillet a lu « Le Portrait de Dawn Dunlap »

 

TEXTE DE SEBASTIEN GUILLET

au sujet du « Portrait de Dawn Dunlap« .

Il était une fois une époque délétère, qui s’en prenait aux êtres libres et sains d’esprit. Une époque où l’on trouvait un grand photographe « suicidé » chez lui, sans que personne y trouve trop à redire. Olivier Mathieu, dans « le Portrait de Dawn Dunlap » (un livre publié …

 

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/30/le-jeune-cineaste-francais-sebastien-guillet-a-lu-le-portrait-de-dawn-dunlap-3/

***

Phrère Jac, écrivain situationniste, a lu « Le portrait de Dawn Dunlap »

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/30/phrere-jac-ecrivain-situationniste-a-lu-le-portrait-de-dawn-dunlap-2/

***

DAWN DUNLAP, « Laura, Shadows of a Summer »: « The moments of fleeting beauty… beetween innocence and womanhood ».

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/30/dawn-dunlap-laura-shadows-of-a-summer-the-moments-of-fleeting-beauty-beetween-innocence-and-womanhood-2/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

David Hamilton a-t-il été assassiné? Huit auteurs (mai 2017) collaborent à un ouvrage collectif détonant.

Publié le 29 avril 2017 par defensededavidhamilton

Un livre sur David Hamilton,

publié par Jean-Pierre Fleury.

*

Mon livre sur David Hamilton sort avant le 15 mai 2017 et ce sera une rareté (tirage limité) et aussi, à mon avis, un livre intéressant et aussi remarquablement illustré (il y aura notamment des illustrations réalisées en 2017 d’une jeune femme, artiste peintre du Sud de la France).

Je me suis occupé exclusivement de ce livre-là, dont le titre sera communiqué publiquement au moment de sa sortie.

Nos lecteurs les plus fidèles, ou les collaborateurs, seraient aimables de nous faire savoir (à titre simplement  indicatif)  combien d’exemplaires ils souhaiteraient à titre personnel.

Je pense aussi que ce livre, malgré la « loi du silence » (une loi du silence due à beaucoup de raisons), sera un livre recherché (déjà, plusieurs intellectuels français m’ont fait part de leur désir de le lire).

Les critiques littéraires courageux et anticonformistes (ce qui ne fait certes pas beaucoup de monde, de nos jours) en parleront, je suppose…

J’engage d’ores et déjà les collaborateurs du livre à en parler sur leurs sites, leurs blogs, leurs pages Fb.

En attendant, je renvoie à :

http://sebguillet.fr/2017/annonce-publication-livre-david-hamilton/

En cas de besoin, et si la chose est possible, on pourra publier ensuite des éditions successives de cet ouvrage sur David Hamilton.

Le livre, je le rappelle, a pour sujet et pour thème:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/david-hamilton-a-t-il-ete-assassine/

*

Egalement en mai 2017, probablement, Jean-Pierre Fleury – docteur en sociologie de l’Université de Nantes – s’occupe (de façon indépendante) d’une autre plaquette sur David Hamilton, avec si j’ai bien compris une iconographie en couleurs (et où l’on retrouvera au moins quatre illustrations de l’artiste peintre citée au précédent paragraphe, qui réalisera donc très probablement l’illustration de couverture de cette plaquette).

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Olivier Mathieu: entretien avec Roland Jaccard au sujet de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/28/olivier-mathieu-entretien-avec-roland-jaccard-au-sujet-de-david-hamilton-2/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — 27 avril

Lolita, cette inconnue (Graziella Franchini)

Publié le 27 avril 2017 par defensededavidhamilton

27 avril 2017.

Lolita, c’était  Graziella Franchini (Castagnaro, 5 janvier 1950 – Lamezia Terme, 27 avril 1986). Chanteuse italienne – vénète – inconnue en France, morte tragiquement le 27 avril 1986 …

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/27/lolita-cette-inconnue/

sur le blog en défense de David Hamilton

Très bientôt, la parution DU livre sur David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/26/tres-bientot-la-parution-du-livre-sur-david-hamilton/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Feus Xavier Jugelin et David Hamilton, et l’article 40 du Code Pénal.

 

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/26/feus-xavier-jugelin-et-david-hamilton-et-larticle-40-du-code-penal/

Publié le 26 avril 2017 par defensededavidhamilton

Selon un journal français, que je cite ici: « Le ministre de l’Intérieur Mathias Fekl a saisi ce mardi la procureure de Nanterre après des commentaires homophobes visant le policier tué aux Champs-Elysées« .

Voilà une nouvelle des plus intéressantes. Le journal poursuit: « Qui a sali la mémoire de Xavier Jugelé sur les réseaux sociaux? Selon nos informations, le ministre de l’Intérieur, Mathias Fekl, a saisi ce mardi la justice après avoir relevé plusieurs commentaires homophobes et injurieux visant le policier de 37 ans, assassiné jeudi lors de l’attentat des Champs-Élysées. Ce signalement, déposé auprès du procureure de Nanterre -lieu de l’emplacement de la plateforme Pharos- se fonde sur l’article 40 du code de procédure pénale qui oblige toute administration ou fonctionnaire à signaler une infraction constatée« .

Ne nous attardons pas à relever que les journalistes, ou certains d’entre eux, écrivent parfois « la procureuse » (sic) et, d’autrefois, parlent – comme ici, nous l’avons souligné en rouge- « du procureure » (resic). Il y a ici, de toute évidence, confusion des genres grammaticaux.

Le journal continue: « En l’occurrence, la place Beauvau dénonce des faits d’apologie au crime et de provocation à la haine et à la violence en raison de l’orientation sexuelle ».

Cela appelle plus d’un commentaire. Cela démontre que, comme le blog « En défense de David Hamilton » l’a souvent écrit, les autorités surveillent Internet. Il existe même l’article 40 du code de procédure pénale qui oblige toute administration ou fonctionnaire à signaler une infraction constatée.

Très bien. Il est en effet absurde que l’on publie sur  Twitter, Facebook ou Youtube des propos contre ce policier tué. Personnellement, il me semble assez inintéressant de savoir les orientations sexuelles de feu Xavier Jugelin. Je me demande même pourquoi la presse en a parlé.

Mais j’en reviens à David Hamilton. Comment ne pas noter que le ministre de l’Intérieur, ou ses services, ont « repéré » des messages homophobes à l’encontre de feu Xavier Jugelin, mais n’ont semble-t-il pas remarqué, d’octobre à novembre 2016, que David Hamilton avait déclaré craindre pour sa vie?

N’y a-t-il pas eu sur Internet des faits d’apologie au crime contre David Hamilton? N’y a-t-il pas eu, contre David Hamilton, provocation à la haine et à la violence en raison de l’orientation sexuelle? J’entends par là: en raison de son orientation sexuelle présumée par ses accusateurs et ses censeurs. Des gens, des « blogueurs », des journalistes ne l’ont-ils pas traité, noir sur blanc, de « violeur » ou de « pédophile »? Ne s’agit-il pas là d’orientations sexuelles? Or, David Hamilton a-t-il jamais été condamné pour de tels délits? (La réponse est: non). A partir de là, le traiter de « violeur » ou de « pédophile » n’était-il pas une provocation à la violence en raison de son orientation sexuelle présumée?

A supposer même que David Hamilton ait été coupable de quoi que ce soit, c’était à la seule Justice de l’établir, pas aux « justiciers » anonymes d’Internet. Même si ces derniers regrettent les temps du Far West. Ou même si la télévision a hélas donné, depuis des années, de tristes et fameux exemples de « lynchages médiatiques ».

Voulez-vous que je vous fasse une liste, sur les « forums » d’octobre et novembre 2016, des propos (et parfois des menaces de mort) contre David Hamilton? J’engage les lecteurs de ce blog, comme moi, à les chercher et à les recenser.

Si un (ou des?) internaute(s) se réjoui(ssen)t vraiment de la mort de ce policier, Xavier Jugelé, à cause  de son « engagement », comme l’écrit la presse, « pour la cause LGBT », c’est fort répréhensible.

Mais David Hamilton, par exemple avec « Bilitis », n’a-t-il pas beaucoup fait, lui aussi, pour la cause homosexuelle, ou pour la liberté des mœurs?

Plusieurs syndicats de policiers ont protesté, dit-on, au sujet des commentaires injurieux visant feu Xavier Jugelé. On les comprend.

On aimerait aussi comprendre pourquoi aucun ami de David Hamilton, aucun collègue de David Hamilton, aucun avocat de David Hamilton, aucun avocat tout court (à l’exception notable de Régis de Castelnau dans Causeur), aucun ministre de l’Intérieur n’a pris la défense de David Hamilton. Or, la loi étant égale pour tout le monde, l’article 40 du code de procédure pénale qui oblige toute administration ou fonctionnaire à signaler une infraction constatée devait, devrait et doit valoir également pour feu Xavier Jugelé et feu David Hamilton.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Le Cirque, second tour de piste, et les faux abstentionnistes

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/25/le-cirque-second-tour-de-piste-et-les-faux-abstentionnistes/

 

Les discours sur l’abstentionnisme – comme la majorité des discours modernes et contemporains – sont des discours d’imbéciles.

Un abstentionniste peut l’être pour trois fausses raisons:

  • 1. Le faux abstentionniste s’abstient contraint et forcé, parce qu’il a oublié de s’inscrire sur les listes électorales;
  • 2. Le faux abstentionniste s’abstient contraint et forcé, parce qu’il croyait être inscrit, mais s’aperçoit que non en arrivant au bureau de vote;
  • 3. Le faux abstentionniste s’abstient parce que, le jour de l’élection, il a mieux à faire mais, dans sa tête, il a un candidat préféré.
  • 4. Passons maintenant à la catégorie des seuls vrais abstentionnistes, dont je fais partie. Le vrai abstentionnsiste sait que l’inscription sur les listes électorales est « obligatoire » en vertu de l’article L9 du code électoral, mais il s’en fout. Il sait que depuis 1997, la loi prévoit même l’inscription « d’office » sur la liste électorale de la commune du domicile des personnes qui remplissent les conditions d’âge requises, mais il s’en fout parce que, comme Baudelaire, il hait le « domicile fixe » et n’a pas non plus de domicile fixe.

Il doit y avoir 5 millions de Français  pas inscrits, disons entre 10 % et 15 % des citoyens.

Mais je n’appelle pas « abstentionniste » quelqu’un, par exemple, qui n’ira pas voter au second tour après avoir voté au premier. Qu’il soit impossible de faire un choix entre Macron et Pon-Pon, d’accord: mais il n’y avait pas non plus, à mes yeux, le moindre choix à faire entre les 11 candidats du premier tour.

Il y a très peu de vrais abstentionnistes.

J’appelle abstentionniste quelqu’un qui n’a jamais voté, qui ne s’est volontairement pas inscrit sur quelque liste électorale que ce soit, qui ne s’y inscrirait en aucun cas, qui ne voterait pas même s’il était conduit dans l’isoloir par des gens d’armes, et qui s’abstient volontairement, parce que ça ne l’intéresse pas.

Votre cirque NE m’intéresse PAS, suis-je clair?

***

Pour un peu oublier Marionnette et Macronette

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/25/pour-un-peu-oublier-marionnette-et-macronette/

***

David Hamilton, un grand peintre.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/25/david-hamilton-un-grand-peintre/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

De David Hamilton au combat des nains: Le Pen et Macron

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/25/de-david-hamilton-au-combat-des-nains-le-pen-et-macron/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 24 avril

À VOIR :

C’est le pompon, c’est le Macron ou c’est la Ponpon? PHOTOS EXCLUSIVES !

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/24/cest-le-pompon-cest-le-macron-ou-cest-la-ponpon-photos-exclusives/

*******

J’ajoute…

C’est le pompon, c’est le popo, c’est le pognon …

J’acquiesce totalement. L’extrême-centre (minoritaire dans la réalité) étant l’extrême-droite mondialisme (celle de tous les arrivistes assoiffés de pouvoir et de pognon, de tous les tourne-veste) ou si l’on préfère les tréfonds des abîmes de la décadence et de la dictature médiatico-politico-financière.

Sarközy, Hollande, et maintenant : Maqueron ou si vous préférez Mac Rond, le gigolo de la finance et du sexe, le collabo inculte, l’ordure intégrale. Petits français, petits franchouillards de « Je suis Charlie! », reprenez-en encore pour cinq ans ; au fond, vous le méritez bien, mais ne venez pas pleurer !

Ironie des sons : c’est sous Pom-Pompidou, le doux pompon, le doux pin-pon, le sympathisant de la « gauche » SFIO et du trotskisme en sa jeunesse, et qui fut un temps directeur général de la Banque Rothschild (tiens ! déjà, dans les années cinquante), qui donna tout pouvoir à son ministre d’État Giscard, destin de la France, de faire voter par le Parlement godillot la triste et peu connue « loi du 3 janvier 1973 » sur la Banque centrale française qui, depuis, limite le financement de l’État par la Banque de France, et lui impose de passer par des banques privées pour emprunter (d’où la Dette « menottes » irremboursable !) Début de la main-mise de l’oligarchie européenne sur la monnaie avec l’actuelle Banque Centrale Européenne. C’est également ce génie de l’économie qui a mis en place « l’emprunt Giscard », son emprunt éponyme indexé sur l’or !

L’Histoire se mord la queue, le tragique et le sordide l’emportant sur le sinistre qui l’emporte lui-même sur le grotesque ! Quelle bêtise « humaine » !

Pompon… pidou !

Jean-Pierre Fleury.

VOILÀ C’EST FAIT …

Je crois déjà avoir écrit ou dit que le pire des scenarii serait « Macron – Le Pen » au second tour, pour le dire en clair le « facho mondialiste et immigrationniste » contre la « fachote raciste et anti-musulmane ». Moins d’un quart des exprimés dans les deux cas.

Voilà c’est fait !

Les Français vont donc avoir affaire à un Hollande ou un Sarközy en pire ! Tous les vieilles peaux de la politicaillerie de gauche, du centre et de droite et autres arrivistes vont pouvoir se recycler.

Les crétins antifascistes manifestent ce soir encore contre Le Pen sans même se rendre compte que Macron ne vaut pas mieux. L’arriviste viscéral Valls, le petit Benoît Hamon viennent déjà d’appeler à voter pour le « facho moderniste » qui va vendre la France au plus offrant, finir de tout déréglementer, supprimer bientôt le SMIC et appliquer à la lettre toutes les directives du politburo de l’Union Européenne.

La propagande totalitaire médiatique mondialiste peut être encore fière d’elle, les français sont vraiment bien des veaux. Dévots des media qui peuvent continuer à les manipuler, alors même que l’on dit que le premier franchouillard venu ne croit plus en la neutralité journalistique. Combien votent selon le sens du vent ? Selon le taux de présence dans les média. On y a vu avant tout Macron et Le Pen, puis Mélenchon et Fillon et c’est eux qui ont le plus de voix. Triste spectacle de la bêtise humaine prête à voter pour l’homme au discours à la fois creux, mondialiste et ambigu qui va le bouffer. Versatilité et mode imposée ! Inconstance et futilité !

« Grâce » au repoussoir Front National (en grande partie des couches populaires éternellement flouées), encore une fois le premier guignol venu (le candidat avant tout des bobos et de tous les arrivistes sans foi ni loi aucune, « le centriste » disent les imbéciles) va se faire élire, comme dans un mouchoir.

En attendant, entre « socialos de gauche » et « socialos de droite », les magouilles continent en coulisses pour se partager les circonscriptions « jouables ».

Moi, j’arrête là. Comme entre Chirac et Le Pen senior, je laisse les crétins s’agiter. Je ne vais quand même pas choisir entre la peste et le choléra.

La seule attitude responsable est de faire en sorte que l’un ou l’autre passe avec le plus d’abstentions, de votes blancs ou nuls possibles.

Mon favori fait un plus petit score, ce qui me rassure finalement sur ma bonne santé intellectuelle et mentale et sur la valeur prémonitoire de ses solutions.

Il y a des jours où je doute vraiment de la vertu de la démocratie représentative et du scrutin majoritaire ; et de la capacité de beaucoup d’hommes à voter en conscience et avec raison.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

« On a gagné » : chantez en choeur, mes amis, pour ces élections du 23 avril 2017 : « Couill… on a gagné! »

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/23/on-a-gagne-23-avril-2017-chantez-en-choeur-mes-amis-lair-des-couillons/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/23/resultats-definitif-23-avril-2017/

ÉLECTIONS EN FRANCE (23 AVRIL): dès avant tout le monde, tous les résultats

 

C’était annoncé ici:

https://lequichotte.wordpress.com/2017/04/22/elections-en-france-23-avril-des-avant-tout-le-monde-tous-les-resultats/

*

Aujourd’hui, 23 avril 2017, nous sommes LES SEULS à vous donner, « hors temps », les résultats DEFINITIFS qui suivent.

µ

Elections en France, 23 avril.

µ

Résultats.

 

Inscrits 9 395 035 (100,00 %)

Abstentions 1 559 708 (16,60 %)

Votants 7 835 327 (83,40 %)

µ

*

L’élu.

Homme politique français, son nom rime en « on » comme Ducron, Démon, Cornichon, Couillon et Duquon.

 

………….DUPONT !!!! ????

µ

Oui, il s’agit de :

Jacques Charles Dupont.

(Homme politique français né au Neubourg le 27 février 1767 et mort à Rouge-Perriers le 2 mars 1855).

*

Cette année-là (1848), en effet, les élections avaient été fixées au 23 avril.

Nos sources:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Élections_législatives_françaises_de_1848

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Les jeunes filles hamiltoniennes de l’auteur du Portrait de Dawn Dunlap

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/les-jeunes-filles-hamiltoniennes-de-lauteur-du-portrait-de-dawn-dunlap/

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/lauteur-du-portrait-de-dawn-dunlap-grand-meconnu-de-la-litterature-francaise/

***

 

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/jeunes-filles-de-david-hamilton-les-cheveux-pleins-de-rubans-qui-avaient-la-couleur-impubere-meme-de-laube/

***

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/23-avril-2017-tous-les-resultats-des-elections-avant-tout-le-monde/

Correctifs à notre article : Note à propos des jeunes années de David Hamilton.

Nous voudrions apporter quelques rectifications ou précisions à l’article que nous avons consacré à certains éléments de la jeunesse de David Hamilton (article du premier avril courant).

1/ Il semble établi que la mère de David Hamilton s’appelait Leat (sans accent), qu’elle était anglaise et nullement française, comme c’eût été peut-être le cas s’il y avait eu un accent sur le « é » de son nom de naissance: Léat. Leat est un patronyme que l’on rencontre aussi bien en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, au Canada, etc. On peut donc abandonner la piste des Léat français, quand bien même la mère de David Hamilton portait deux prénoms d’aspect français : Louise et Rose ; mais ces prénoms, sous cette même forme, se rencontrent également en anglais.

2/ Le père génétique, ou pour le moins celui qui a donné son nom à David Hamilton, Archibald Hamilton, ne serait pas mort en 1933, mais il aurait disparu cette année-là sans plus jamais donner signe de vie à sa famille.

3/ Mariée à une date que j’ignore avec Archibald Hamilton (peut-être l’année qui a précédé la naissance de son fils), la mère de David Hamilton se serait remariée après la fin de la Seconde guerre mondiale.

Je ne sais au bout de combien d’années la personne déclarée « absente » est jugée divorcée de fait par la Justice britannique. En France, le délai est de dix ans minimum, avant de pouvoir obtenir la reconnaissance officielle d‘un « décès pour absence », par le Tribunal de grande instance, suite à un premier jugement constatant la « présomption d’absence«  par le juge des tutelles (Tribunal d’instance). Et donc d’un possible remariage. S’il en va de même en Grande-Bretagne, sa mère aurait pu se remarier au plus « véloce« , avant même la fin de la Guerre (1933 +10 = 1943). Ce que l’on sait est que David Hamilton a eu (au moins) une demi-sœur qui serait née après-guerre et que l’on suppose être née après ce remariage.

4/ Pour l’heure, nous ignorons la date de naissance de Louise, Rose Leat, comme nous ignorons quasi tout de son premier époux Archibald Hamilton et plus encore de son second dont nous ne savons même pas le nom, ainsi que de la demi-sœur de David Hamilton, ou même s’il y avait d’autres personnes dans sa fratrie maternelle.

En vue de recherches futures, on peut se donner des dates extrêmes :

a- Si la mère de David avait 18 ans lors de sa naissance en 1933, elle avait 40 ans en 1955, ce qu’on retiendra comme date extrême de la naissance de sa fille ; sa mère serait donc née au plus tard en 1933 – 18 (ou 1955 – 40) = 1915.

b- Si la mère de David s’est remariée dans l’immédiat après-guerre en 1945 et qu’elle a eu sa fille en 1946, à l’âge de 40 ans, elle serait née au plus tôt en 1946 – 40 = 1906.

Il semble donc que sa mère soit née autour de 1910.

Née en 1906, elle aurait eu 27 ans à la naissance de son fils ; mais née en 1915, elle aurait donc eu seulement 18 ans à sa naissance.

5/ David Hamilton et l’on suppose sa mère quittèrent Londres pendant la guerre, à cause des bombardements allemands sur la cité et/ou des difficultés d’approvisionnement. Ils se réfugièrent (sauf erreur, je ne retrouve plus ma référence) dans le Dorset, région rurale et côtière sur la Manche dont il aurait gardé une source d’inspiration liée à la nature. C’est très probablement de cette période dont Hamilton parle, lorsqu’il dit avoir été élevé pendant la guerre par une famille de lords. On peut raisonnablement penser que David, et sa mère, furent recueillis dans la même famille que celle qui l’a vu naître (voir premier article). Sa mère y étant probablement employée.

Ce séjour comme réfugiés dura moins que la guerre ; avant la fin de cette dernière, lui, sa mère et probablement les lords étant de retour à Londres.

Pour l’heure — comme déjà écrit — le mieux serait de se procurer une copie de l’acte de naissance de Leonard, David Hamilton. Ce qui n’est pas si facile depuis la France.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/le-malheureux-xavier-de-sario-violeur-innocente/

***

Le malheureux Xavier De Sario, « violeur » innocenté

Publié le 22 avril 2017 par defensededavidhamilton

Aujourd’hui, en Italie, un homme – il s’appelle Saverio De Sario et Saverio se traduit en français par Xavier – a retrouvé la liberté après une condamnation à dix ans de prison.

Il avait été condamné à la suite des « témoignages » de ses propres enfants (qui avaient 9 et 12 ans à l’époque), qui avaient déclaré qu’il les avait « violés ».

Mais désormais, devenus adultes, les jeunes gens ont retiré leurs accusations, confessant qu’ils avaient agi pour obéir à leur mère. On ignore si celle-ci avait entendu causer de la « mémoire traumatique ».

Le malheureux Saverio a donc vécu un véritable calvaire, qui vient de s’achever grâce à la décision de la cour d’appel de Perugia.

http://milano.repubblica.it/cronaca/2017/04/21/news/de_sario_condannato_per_abusi_su_figli_assolto_da_revisione_processo-163578653/?ref=RHPPBT-BH-I0-C4-P2-S1.4-T1

***

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/23-avril-2017-elections-dans-la-fente-de-lurne-glissez-un-bulletin-au-nom-de-xxxxx-xxxxxx-on/

***

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/22/nouveaux-destaings-de-la-france-passe-t-on-laccordeon-au-bon-fillon-au-bon-macron-au-bon-hamon-au-bon-melenchon-dupont-ou-a-la-bonne-pon-pon/

ÉLECTIONS EN FRANCE (23 AVRIL): dès avant tout le monde, tous les résultats

FRANCE / ÉLECTIONS / 23 AVRIL.

EXCEPTIONNEL, DU ENCORE JAMAIS VU…

Plus fort que le marc de café, mieux établi encore que les prémonitions, et bien plus scientifique (y a pas de mal) que les sondages d’opinion (sur rue) totalement bidouillés.* En avance même sur les media des contrées voisines de la France qui se fondent sur les seuls sondages à peu près fiables (sortie d’urne de bureaux de vote suivis depuis des années) et qui n’attendent pas l’heure fatidique (fermeture des derniers bureaux de vote) pour sortir leurs informations…

On m’annonce les résultats, hors temps, des élections françaises du 23 avril. L’affluence, les chiffres complets, et le nom de l’élu (homme politique français dont le nom rime en « on »).

Ce sera dès demain, 23 avril 2017, à l’adresse suivante :

http://wp.me/p89w8Z-Q6

***

* À ce propos voici comment fonctionnent de nos jours les sondages courants : panel totalement aléatoire et non représentatif de l’ensemble de la population qui privilégie certaines catégories sociales : celles des personnes chez elles dans la journée quand le sondage se fait par téléphone (numéro pris sur un annuaire), ou sondés pris de plus en plus sur Internet, avec des quasi professionnels de la chose, aux profils invérifiables et souvent multiples (donc faux et aux réponses également farfelues) qui reçoivent des cadeaux divers ; questions fermées faussées ou largement tendancieuses (du genre trouvez-vous qu’il y a assez de ceci, ou pas assez de ceci ? Le « trop » étant ignoré) ; bidouillages de plus en plus grotesques en faveur de qui paye, ou en défaveur de qui gêne (voir le témoignage du politicien De Villiers sur YouTube qui nous explique comment sa liste, pour une élection dans les années 90, déjà, est passée de 1 ou 2 % d’intentions de vote à 10 % en l’espace d’une semaine.)

Sondés par téléphone, ça fait plutôt mal. On me cite le cas (quatre cas minimum) de ce qui est arrivé à des sondés lors de ces dernières semaines.

– Pour qui pensez-vous voter à la prochaine élection présidentielle…. Pour Macron ?

– Non…

– Pour Fillon ?

– Non…

Même question pour les trois autres « cadors » Hamon, Mélenchon, Le Pen et même Poutou ! Suivis d’autant de Non.

Les questions s’arrêtant là, les sondés s’étonnaient et disaient au sondeur :

– Non, moi je vote pour Asselineau.

Réponse sidérante du sondeur :

– Bon, alors je vous mets dans les abstentionnistes.

Comment s’étonner par ailleurs que ce même Asselineau ait pu avoir 0% lors de certains sondages?  Celui-là fait peur dans le petit monde financiéro-sondeuro-politique.

Les personnes bien au fait de ce qui se passe actuellement ne seront dont pas du tout surprises.

Dérive totalitaire et déliquescence des médiocres. Tout part en morceaux et à mon avis, il n’y a qu’un seul candidat à la hauteur de l’enjeu, capable de recoller les pots cassés, c’est bien ce même Asselineau.

La campagne officielle pour l’élection présidentielle prend fin ce soir à minuit. *

L’élection présidentielle est par excellence le moment de voter selon ses convictions et de choisir le candidat dont les analyses et les propositions sont les plus justes. Les occasions d’exprimer par le vote ce que l’on pense vraiment sont rares, il ne faut pas passer à côté.

Ne vous fiez pas aux sondages et aux stratégies de vote «subtiles» qu’ils impliquent.

Le « vote utile » quant à lui, est le plus souvent un vote futile puisque sur le fond des choses, rien ne ressemble plus à « blanc bonnet » que « bonnet blanc ». Il en va de même du « vote par défaut » qui n’est nullement un vote d’adhésion à des idées, mais un vote de rejet.

Ces éléments font l’objet de manipulations et privilégient évidemment les candidats les plus médiatisés, ceux qui ont par ailleurs dépensé (ou à qui « ON » a fait don) des millions et des millions d’euros pour leur campagne.

Pas besoin d’être grand clerc pour voir qu’il n’y a présentement qu’un seul vote qui soit à la fois utile et non futile, car essentiel, bonifiant, de tournant de société et éminemment de conviction : c’est celui en faveur de François Asselineau.

Ce vote qui détonne sur la routine morose électorale courante, et sur la grisaille ambiance de politiciens totalement dépassés, de professionnels de la politicaillerie, ce va être très probablement et très largement le vote d’habituels abstentionnistes dégoûtés par les politiciens interchangeables, sans foi ni loi, larbins de la Finance et du mondialisme, et qui voient par ce vote un premier moyen d’en sortir par les urnes.

Clair et cohérent, le programme d’Asselineau n’est pas parfait (la perfection n’existe pas dans le domaine de la politique), on peut ne pas être d’accord sur tout, du moment que l’on est d’accord sur l’essentiel.

Pour le dire autrement, ce programme de remise en marche de notre pays, est de loin le plus sensé et le plus empli d’espoir, en particulier pour les couches populaires (ouvriers, employés, petits paysans, artisans, chômeurs…).

Et ceci sans être ni raciste anti-arabe et antimusulman « frontiste », ni immigrationniste angélique ou bête ou mal intentionné comme dans le quintette Artaud-Poutou-Mélenchon-Hamon-Macron. Ni autrement « démago ».

Seul François Asselineau veut rétablir pour de bon, et par des actes essentiels totalement clairs, la souveraineté populaire, l’indépendance nationale et la démocratie.

Seul François Asselineau propose un Frexit.

**Précédé de l’acte d’un déséquilibré dont il convient de ne pas accorder plus d’importance que celle d’un fait divers sanglant sans véritable connotation politique ou « terroriste ». Ne nous laissons pas abuser par la publicité démesurée faite à cet acte odieux d’un psychopathe violent « bien connu des services de police« . Seules questions d’importance : condamné à 15 ans de prison en 2005, que faisait-il dehors en 2017 ? Connu comme « cinglé » ou « fou furieux » par la police, la justice, son entourage, ses voisins, etc. n’était-il pas astreint à quelque traitement médical ?

HARDI ÇON, GROS ÇON

Publié le 20 avril 2017 par defensededavidhamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/20/hardi-con-gros-con/

Ode pour un gros çon

*

Le père Hardi eut pour fils Çon,

Qu’on appela donc Hardi Çon,

Conçu – qui sait ? – dans la boisson,

Né comme on lâche un gras caisson,

Déjà raté le nourrisson !

Con ! Ecoutez-en la chanson !

Jeune homme au cerveau mollasson

Qu’on appela – pauvre enfançon –

Le mal poli, mal poli Çon,

Avec rien dans le caleçon

Il broutait très peu de cresson,

Con ! Ecoutez-en la chanson !

Il draguait tous les paillassons

Des gens puissants à leur façon

Et on l’appelait Hardi Çon,

Pauvre esprit – malheureux garçon ! –

Et c’était là ses seuls frissons,

Con ! Ecoutez-en la chanson !

Il faisait des yeux de poisson

A la moindre contrefaçon

Et ne recevait de leçons

Que des conformistes de son

Acabit, le pleutre Hardi Çon,

Con, écoutez-en la chanson !

Çon ça rimait avec buisson,

Çon ça rimait avec tesson.

Ah ! Que de çons ! Compatissons !

Voilà que me vient le soupçon

Que Hardi Çon est un vrai çon,

Con, écoutez-en la chanson !

Il n’est plus jeune, ce plançon !

Regardez-le ! Observez son

Front, vieux beau marqué d’un poinçon.

De sa gloire c’est la rançon.

Mais comme il porte en écusson

Sa çonnerie, o Hardi Çon !

O Hardi Çon, amant glaçon !

O grand cerveau de limaçon !

Mordeur à tous les hameçons !

Amis, chantons à l’unisson :

« Si Hardi Çon était boisson,

L’écho dirait : ciel, vomissons ! »

***

« Lolita » (pour l’anniversaire de la naissance de Nabokov, 22 avril 1899)

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/nabokov/

***

Elections présidentielles 2017 et terrorisme intellectuel: fin de parcours sur les Champs-Elysées?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/elections-presidentielles-2017-et-terrorisme-intellectuel-fin-de-parcours-sur-les-champs-elysees/

***

H.H., D.D., D.H.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/h-h-d-d-d-h/

***

Elections, piège à que l’on? Au fait, va-t-on l’avoir dans le Fillon, le Macron, le Hamon ou le Mélenchon?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/elections-piege-a-que-lon-au-fait-va-t-on-lavoir-dans-le-fillon-le-macron-le-hamon-ou-le-melenchon/

***

France! Debout de Francon à Aunou-le-Faucon et en marche à Echarcon, au nom de ton peuple à Saint-Julien-le-Faucon en passant par Tarascon, qui c’est qu’on va franchir le Rubicon: Macron-Hamon-Fillon-Mélenchon, poil au… comment?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/france-debout-de-francon-a-aunou-le-faucon-et-en-marche-a-echarcon-au-nom-de-ton-peuple-a-saint-julien-le-faucon-en-passant-par-tarascon-qui-cest-quon-va-franchir-le-rubicon-macron-hamon-fillo-2/

***

Le prochain gouvernement, celui de l’ordre moral : Mac Le Pen ou Mac Fillon, Mac Mélenchon ou Mac Macron, Mac Hamon ou Mac Hardi Çon? Poil à Mac Mahon…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/21/le-prochain-gouvernement-celui-de-lordre-moral-mac-le-pen-ou-mac-fillon-mac-melenchon-ou-mac-macron-mac-hamon-ou-mac-hardi-con-poil-a-mac-mahon-2/

***

 

Les incohérences pour ne pas dire les aberrations de Jean-Luc Mélenchon dit L’Insoumis, girouette de gauche.

*

Pour ceux qui s’imagineraient que le candidat de la « France insoumise » et de la « gauche » prétendument « extrême » a l’intention de rompre d’une quelconque façon avec l’Union européenne et tout ce qui va avec…

Voici cinq courtes vidéos réalisées par un certain Geronimo, sur les multiples incohérences et inconséquences de Jean-Luc Mélenchon, illustrées de nouveau mardi dernier par ses propos lors d’un meeting à Dijon : « Ne croyez pas ce qu’ils vous disent : il veut sortir de l’Europe, de l’euro […], allons, un peu de sérieux ».

*

#1 L’Europe c’est la paix

https://www.youtube.com/watch?v=lUaOfVzYYJs

#2 Le Tsipras français

https://www.youtube.com/watch?v=qqOGVPkpz6g

#3 ¡ Viva la Revolución ! (Guerre en Libye)

https://www.youtube.com/watch?v=C8lUK70wxYs

#4 Itinéraire d’un valet

https://www.youtube.com/watch?v=3eIgCgja1Kk

#5 Mélenchon (« homme du peuple » !) voit rouge

https://www.youtube.com/watch?v=RfhNq-mz_PU

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 20 avril

Macron Fillon Le Pen, qui va gagner? La réponse.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/20/macron-fillon-le-pen-qui-va-gagner-la-reponse/

***

Petite nymphe folastre, nymphette que j’idolatre: innombrables Lolitas.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/20/petite-nymphe-folastre-nymphette-que-jidolatre-innombrables-lolitas/

POUR NOUS LIBÉRER « CLAIR ET NET »

DES DICTATURES DE L’UNION EUROPÉENNE,

DE LA BANQUE EUROPÉENNE ET DE L’OTAN,

VOTONS FREXIT, VOTONS ASSELINEAU !

sur le blog en défense de David Hamilton — le 19 avril

Le vieil homme et sa muse, sa nymphette de quinze ans – n’en déplaise aux censeurs

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/19/le-vieil-homme-et-sa-muse-sa-nymphette-de-quinze-ans-nen-deplaise-aux-censeurs-3/

David Hamilton et les temps heureux des nymphes et des statues

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/19/david-hamilton-et-les-temps-heureux-des-nymphes-et-des-statues-2/

LAURA : de la nymphe de Pétrarque à celle (Dawn Dunlap) de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/19/laura-de-la-nymphe-de-petrarque-a-celle-dawn-dunlap-de-david-hamilton-2/

 

***

Mai 2017, de grandes surprises en vue… en défense de David Hamilton !

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/19/mai-2017-de-grandes-surprises-en-vue-en-defense-de-david-hamilton/

***

Pour un bel anniversaire d’avril: Vladimir Nabokov

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/19/pour-un-bel-anniversaire-davril-vladimir-nabokov/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

David Hamilton, pour toujours au Mont Parnasse sous la protection des nymphettes et des muses

Publié le 23 mars 2017 par defensededavidhamilton

Il y a bientôt quatre mois de cela, le 25 novembre 2016, le corps de David Hamilton était (dit-on) retrouvé sans vie, au 41 boulevard du Montparnasse, dans le sixième arrondissement de Paris, dans l’immeuble de neuf étages où il habitait…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/03/23/david-hamilton-pour-toujours-au-mont-parnasse-sous-la-protection-des-nymphettes-et-des-muses/

MA CHRONIQUE MACRONYQUE

Comme chacun sait, le macronyque est un « genre d’insecte coléoptère, qui vit dans les eaux courantes, en se tenant accroché aux pierres par les ongles », du grec ancien voulant dire : qui a des ongles longs (cf. le Littré). Il est ainsi très largement apparenté au pou et au morpion dont il a tous les comportements infantiles et parasites.

Dans son numéro de cirque présidentiel, on peut donc difficilement reprocher à cet insecte de parler pour ne rien dire, de dire tout et son contraire, ou encore de prendre ses potentiels et versatiles électeurs pour des débiles mentaux… Comment être surpris également, lorsqu’au détour d’une phrase fumeuse moins alambiquée et moins vide que les autres, il montre à la masse des Français (qu’il conchie), son inculture crasse dans les domaines historiques ou géographiques, par exemple.

Quand le macronyque arriviste gigolo daigne sortir de la manipulation démagogique de ses troupes (de plus en plus clairsemées), et de ses propos mac(a)roniques, pour dire réellement quelque chose, et ce qu’il pense au plus profond de lui-même (un gouffre!), il dévoile ce qu’il est : une ordure intégrale.

Macron est sans doute le pire des onze prétendants au poste de président de la République. La réaction achevée, le candidat officiel de la caste des milliardaires salopards qu’il faudra bien abattre un jour, et de leurs larbins « gauche-centre-droite » et multiformes, collaborationnistes (et accessoirement collabora-sionistes (sic)). C’est le chancre parfait de la chienlit financiéro-mondialiste, un nain de la politique, un larbin mondialiste, comme Sarközy ou Hollande, mais sans aucun détour en ses réparties de « parler vrai ».

Qu’il y ait des gens du peuple, jeunes ou moins jeunes, dont des sans-dents « de gauche », prêts à voter pour cette raclure, pour ce « rassembleur » de politicards parasites les plus gluants, personnellement me sidère.

Voici un court florilège de « maximes » macroniennes, ou plus exactement microniennes ou microbiennes du dictateur en herbe, chantre du désordre capitaliste, bourge cynique et grotesque haineux :

— Je suis pour une société sans statuts.

— Être élu est un cursus d’un ancien temps.

— C’est une erreur de penser que le programme est le cœur d’une campagne électorale … La politique c’est mystique.

— Chaque candidat qui sera investi signera, avec moi, le contrat avec la Nation. Il s’engagera à voter à mes côtés les grands projets, à soutenir notre projet. — Pas de frondeurs. [Or il est inscrit dans la loi que « le droit de vote des membres du Parlement est personnel ». Certes souvent bafoué avec tous les députés-godillots.]

***

— Le libéralisme est une valeur de gauche.

[il y a quelques années :] oui, je suis socialiste

[plus récemment :] mais, je n’ai jamais été socialiste !

— Je n’aime pas ce terme de modèle social.

— Les britanniques ont la chance d’avoir eu Margaret Thatcher.

***

— 35 heures pour un jeune, ce n’est pas assez.

— Je dis aux jeunes : “ne cherchez plus un patron cherchez des clients”.

— Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires.

***

— Bien souvent, la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié, il ne faut pas l’oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties.

— Je compte sur vous [les patrons] pour engager plus d’apprentis. C’est désormais gratuit quand ils sont mineurs.

— Je vais faire un CICE durable. [NB : le CICE ou Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, est une manne annuelle de 20 milliards offert par l’État aux entreprises].

— Je ne vais pas interdire Uber et les VTC, ce serait les renvoyer vendre de la drogue à Stains. [NB Uber est une entreprise américaine qui développe et exploite des applications mobiles de mise en contact d’utilisateurs avec des conducteurs « indépendants » réalisant des services de transport (VTC = véhicules de tourisme avec chauffeurs), concurrents déloyaux des taxis. Ce système dit d’ubérisation, de médiatisation parasitaire, et d’augmentation, entre autres, de travailleurs indépendants précaires, s’étend de nos jours à l’hôtellerie, l’artisanat et même parfois à des professions à statuts spéciaux comme celle d’avocat !]

***

— Je ne suis pas là pour défendre les jobs existants.

— Les salariés français sont trop payés… Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires [sic] sont d’accord.

— Vu la situation économique, ne plus payer les heures supplémentaires c’est une nécessité.

— Je pense qu’il y a une politique de fainéants et il y a la politique des artisans. [NB : les fainéants étant incarnés au sein même dudit P.S. par un « foyer infectieux » [le coléoptère dixit].]

***

— Le chômage de masse en France, c’est parce que les travailleurs sont trop protégés.

— Si j’étais chômeur [ce qui ne t’arrivera malheureusement jamais], je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord.

— Il y a dans cette société [un abattoir] une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées… elles n’ont pas de permis de conduire… elles ne peuvent pas se reconvertir.

— Vous n’allez pas me faire peur avec votre t-shirt, la meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler.

***

[en substance, je n’ai plus les références exactes :]

— Il n’y a pas de culture française, il y a juste une culture en France, une multitude de cultures.

— J’approuve les frappes américaines sur la Syrie. Je serais même partisan d’en faire plus.

— L’immigration est une bonne chose.

« L’idéologie de gauche classique ne permet pas de penser le réel tel qu’il est » pontifie ce tordu qui lui aussi crèvera un jour comme tout le monde. Le réel tel qu’il est, c’est la dictature capitaliste achevée, la décadence, la barbarie. Le problème de la petite gauche classique, c’est qu’elle n’entend nullement rompre avec le capitalisme. Et celui du morpion politique d’en rajouter encore plus dans l’abject.

Comme l’écrivait Emmanuel Berl, sous le titre de « portrait de l’homme de droite » , dans la revue littéraire mensuelle La Parisienne, numéro d’octobre 1956 : « l’homme de droite est […] celui qui « victime de l’illusion choisiste » croit trop ce qui est. Cette conviction le mène généralement à l’erreur. « Un sou et un sou font deux sous » — phrase typiquement de droite. Assuré que les choses sont comme elles sont, l’homme de droite dédaigne de persuader. Il ne le fait qu’avec dégoût. »

Personnellement, si j’en avais l’occasion, surmontant également mon dégoût, je ne serais pas vraiment opposé à l’antique dialectique prolétarienne du poing dans la figure de cette insulte à l’Humanité. De ce macronyque inique.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 18 avril

Encore quelques photographies de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/18/encore-quelques-photographies-de-david-hamilton/

 

***

Olivier Mathieu: entretien avec Roland Jaccard au sujet de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/18/olivier-mathieu-entretien-avec-roland-jaccard-au-sujet-de-david-hamilton/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON – 16 avril

Au catalogue de David Hamilton, photographe de (presque) toutes les filles du monde

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/16/au-catalogue-de-david-hamilton-photographe-de-presque-toutes-les-filles-du-monde/

***

David Hamilton, which launched the success of… Virgin.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/16/david-hamilton-which-launched-the-success-of-virgin/

***

David Hamilton et ses jeunes filles en fleurs du monde entier

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/16/david-hamilton-et-ses-jeunes-filles-en-fleurs-du-monde-entier/

DAVID HAMILTON ET LE BLANC TABOU.

Il vient de me venir une idée comme ça, dans la rue, alors que j’avais les bras chargés ; ou plutôt, il vient de me revenir une idée que j’avais remisée dans un coin de ma tête.

David Hamilton n’a cessé de répéter que son type artistique, esthétique de jeune fille ou de jeune femme était la nordique longiligne, blanche, blonde voire rousse (le vraiment pas commun). D’Europe nordique occidentale ou expatriée. Un pourcent de la population mondiale, a-t-il précisé. Une « denrée rare » à préserver, c’est pourquoi il déclarait, juste un peu provocateur, « aller faire son marché sur place ».

Il a également précisé que ces jeunes filles ou femmes de ces pays-là n’avaient aucun problème avec la nudité. En y pensant bien, c’est extrêmement étrange pour des gens de contrées froides, mais certes aussi de saunas. On le comprend mieux aux fins fonds de l’Afrique et de l’Amérique latine équatoriale ou tropicale.

Il a même dit qu’il voulait bien descendre à l’extrême rigueur jusqu’en Belgique, aller vers l’Est jusqu’en Allemagne, mais pas au-delà.

Surtout pas plus vers le Sud.

Je ne sais trop ce qu’il a déclaré à propos des anglaises. Mais il ajoutait à propos des françaises qu’elles étaient trop pétries de religion (pourtant notre pays est largement déconfessionnalisé, chrétiennement parlant du moins) pour être naturelles à nu devant un objectif d’appareil photographique.

Rappelant toujours qu’il n’y connaissait rien dans le domaine de la photographie, juste un ou deux réglages de base (il aurait même pu nous faire croire qu’il était comme Bidochon en vacances, prenant avec son petit appareil sans sophistication, des photos en double, une sur « soleil » l’autre sur « nuageux » pour être sûr d’en avoir une des deux d’à peu près potable), il arguait également de raisons, de contraintes techniques.

Les brunes du Midi de l’Europe, à peau souvent moins claire, à cheveux bien souvent plus sombres, ou qui sait encore à duvet moins discret, ou métissées méditerranéennes si je puis dire, étaient trop contrastées à son goût et ne rendaient rien de bon dans le domaine du flou artistique photographique, du moins du sien. Pas assez pastelles, tout ça. Pas assez lumineux. Ce qui certes n’est pas faux. Mais enfin, il a su quand même mettre en valeur des filles pas si blanches, pas si blondes, pas si longilignes que ça. Au niveau de la couleur des cheveux, un exemple – je ne crois pas me tromper – en est « Aurore » Dunlap, d’ancêtres britanniques qui n’a ou qui n’eut rien d’une blonde platine.

Ceci est également amusant lorsque l’on sait que David Hamilton était follement entiché de tout l’art architectural, sculptural et plus encore pictural de l’Europe, ou plus précisément de l’Europe occidentale, disons, du Moyen-Âge aux pictorialistes *, où la part accordée aux pays du Sud, à l’Italie en premier lieu, est énorme.

Enfin, revenons à mon idée initiale pas encore énoncée.

Je me demande donc si ce qui est arrivé humainement et artistiquement, toutes ces rumeurs imbéciles et mortifères et tout cet ostracisme médiatique « radical » ne relevait pas du fait que 1 – David Hamilton n’a cessé de se dire « non moderne », conservateur, du passé, « Décadent » dans le sens artistique du terme ; doublé du fait que 2 – ses modèles féminins les plus connus ou les plus fréquents étaient ce qu’il y a de plus blanc et de moins métissé au Monde, de beauté rare et originale, de plus différent de la masse toute grise et quelconque des êtres humains ordinaires. Donc, dans la tête des animalcules mondialistes, « une preuve flagrante de réaction, de racisme, de fascisme, de machisme, et qui sait d’eugénisme, etc. » À détruire, à mettre au feu programmé du conformisme uniformisant et d’appauvrissement généralisé de l’Humanité.

Ce qui n’est nullement contradictoire avec l’action propre à la traumatisée Lecanu et quelques anonymes qui pourrait bien ne relever, quant à elle, que de vieilles frustrations, de ne pas avoir été « mise à leur rang », artistiquement parlant ; pire encore d’un sordide effet de publicité et de « renommée » d’un quart d’heure. Minable.

* pictorialisme, procédés techniques et stylistiques photographiques nés vers la fin du XIXe siècle, que l’on pourrait rapprocher, dans les tendances que David Hamilton a cultivés, des peintures de William Turner ou de John Constable, des impressionnistes ou des symbolistes.

Image

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

EN MEMOIRE DE DAVID HAMILTON : né le 15 avril 1933, au nombre des plus grands artistes du XXe siècle

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/hamilton-1933/

 

***

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/15-avril-2017-nous-celebrons-lanniversaire-de-naissance-1933-de-david-hamilton/

15 avril 2017: nous célébrons l’anniversaire de naissance (1933) de DAVID HAMILTON

Sauf erreur, personne n’a pensé – sauf le blog « En défense de David Hamilton », et nous nous en réjouissons – à rappeler publiquement que c’est, aujourd’hui, le jour anniversaire de sa naissance.

Cela indique quelque chose sur la reconnaissance, et aussi sur le courage de tous ses anciens amis, collègues et modèles.

En d’autres termes, cela indique quelque chose sur le climat de puritanisme, de normalisation sexuelle ( http://wp.me/p89w8Z-Nl   ), de censure et de « chasse aux sorcières » qui règne en France.

Les remerciements du blog « En défense de David Hamilton » vont à Roland Jaccard, auteur de plusieurs vidéos en l’honneur de David Hamilton.

Ainsi qu’à Jean-Pierre Fleury (docteur en sociologie de l’Université de Nantes), éditeur de notre prochain livre sur David Hamilton.

Nous remercions donc tous les collaborateurs de cet ouvrage (parution mai 2017)

Voir:

http://sebguillet.fr/2017/annonce-publication-livre-david-hamilton/

***

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/sur-le-blog-en-defense-de-david-hamilton-en-ce-15-avril-jour-de-lanniversaire-de-sa-naissance/

Sur le blog « En défense de David Hamilton », en ce 15 avril, jour de l’anniversaire de sa naissance.

Publié le 15 avril 2017 par defensededavidhamilton

  1. L’un des collaborateurs de l’ouvrage collectif sur David Hamilton, Sébastien Guillet,  est invité à la « 2e Biennale d’Art du Bois Flotté » qui se tiendra du 20 au 28 mai à Landéda et Plouguerneau. Vous pourrez le rencontrer lors de la projection de son film « Rénato et la Noosphère » le dimanche 21 mai de 15h à 18h.

  2. Au mois de mai 2017, aussi, nous espérons que le même Sébastien Guillet aura achevé sa vidéo (qui sera ensuite publiée notamment sur You Tube) au sujet du livre Le portrait de Dawn Dunlap.

  3. Il reste peut-être quelques (rares!) indvidus pour s’intéresser aux élections présidentielles. Libre à eux, mais je n’en fais pas partie. Pour ma part, donc, je me consacrerai exclusivement au livre sur DAVID HAMILTON. Au plus tard au moment de la sortie du livre, la liste complète des collaborateurs de l’ouvrage sera dévoilée. A moins bien sûr que certains d’entre eux n’en parlent, avant moi, sur Internet.

  4. Quelques personnes, au moment de la sortie de mon livre Le portrait de Dawn Dunlap,  ont  fait part de remarques  négatives (pour ne pas dire imbéciles) à son sujet.  Comme on dit: la critique est aisée mais l’art est difficile.  En ce qui me concerne, je  pense qu’il serait bon de s’abstenir – cette fois – d’offrir le prochain livre à des gens qui n’ont même pas l’élémentaire courtoisie, quelquefois, de remercier d’un cadeau qu’on leur fait.

  5. Le prochain livre (son titre sera révélé dans un second temps) aura un format de 17 X 24 cm, il aura – je pense – environ  269 pages, il sera relié au fil et sera imprimé chez un imprimeur sérieux, ce qui évitera que certains exemplaires (comme, hélas, cela s’est produit en ce qui concerne mon Portrait de Dawn Dunlap) aient des pages qui semblent gondolées par l’humidité. On me pardonnera mon perfectionnisme mais j’ai été éditeur et ma conviction est qu’ou bien on fait bien les choses, ou bien il vaut mieux ne pas les faire du tout.

  6. Le livre contiendra un choix de mes articles du blog « En défense de David Hamilton » – non pas en banale « écriture de blog » mais bien sûr ré-écrits sous une forme plus littéraire –  ainsi que des articles du blog « Lequichotte » et, enfin, des textes inédits. J’aspire en effet à ce que ce livre, après que j’en aurai même réalisé la amquette,  soit original. Si l’originalité n’était pas innée en moi, j’aurais fait une carrière de journaleux moderne, je boufferais dans la gamelle du conformisme et de l’incompétence et je me contenterais de ramasser des choses dans cette poubelle de la globalisation appelée Internet, ou de recopier les crétineries de mes collègues journaleux sur Internet.

  7. Je suggère aux lecteurs du blog de lire, et de « partager » sur Facebook, ceci: http://sebguillet.fr/2017/portrait-dawn-dunlap-david-hamilton/

  8. Et aussi la vidéo de Roland Jaccard, à laquelle ils peuvent aussi, s’ils l’estiment bon, laisser des commentaires: https://www.youtube.com/watch?v=NHV1W3yiy_0

***

David Hamilton: carré blanc et rideau noir, mais il y a beaucoup de choses qui ne vont pas…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/david-hamilton-carre-blanc-et-rideau-noir-mais-il-y-a-beaucoup-de-choses-qui-ne-vont-pas/

***

« Lettre à David Hamilton »

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/lettre-a-david-hamilton-2/

***

Premières réactions au « Portrait de Dawn Dunlap »

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/15/premieres-reactions-au-portrait-de-dawn-dunlap-3/

MES RAISONS

(OU SI L’ON PRÉFÈRE : DE BONNES RAISONS)

DE VOTER « FRANÇOIS ASSELINEAU »

 

Électeur très épisodique et circonstanciel depuis toujours, ne votant plus que très rarement, essentiellement abstentionniste, ou facétieux (ainsi, j’ai voté une fois pour PQ rose, parti bien connu) ou enclin à faire plaisir à mon entourage lorsque j’étais jeune, sauf erreur les trois dernières fois que j’ai voté, c’était lors de trois référendums : contre l’ayrault-port de Notre-Dame-des-Landes (2016), contre le traité établissant une constitution pour l’Europe (2005), référendum bafoué comme l’on sait par la caste financiéro-politique, contre le traité de Maastricht (1992) qui fut approuvé si je ne me trompe par Mélenchon l’insoumis, pour ne citer que lui. La dernière fois que j’ai voté à une élection présidentielle, c’était en 1988, au premier tour, pour le candidat écologiste « ni à droite, ni à gauche, mais devant », Waechter.

Et l’Europe capitaliste n’est pas du tout mon Europe.

***

Le capitalisme, en particulier dans sa version impérialiste américano-sioniste, c’est la crise permanente (monétaire, financière, morale, civilisationnelle), la guerre permanente et la destruction de la nature permanente, et plus généralement l’esclavagisme salarial et bancaire, l’abêtissement médiatique et technologique des masses, la décadence généralisée.

Le libéralisme ou ultra-libéralisme en est la forme extrême.

L’impérialisme mondialiste et plus précisément occidental (à dominante germanique : américano-anglo-allemande) est ce qui nous mine plus directement en tant que citoyens français.

L’expression politique de cette domination ultra-libérale, destructrice des nations, des peuples, des cultures, se nomme « Union Européenne ».

L’expression financière de cette domination se nomme « euro ».

L’expression militaire de cette domination se nomme « OTAN ».

Tous les maux du capitalisme ne sont certes, pas inscrits uniquement dans ces trois entités, mais pour qui veut lutter contre le capitalisme, et contre le capitalisme en Europe en particulier, la sortie de ces trois instances est UN PRÉALABLE MINIMAL OBLIGÉ, pour ne pas dire obligatoire. Préalable indéniable, indiscutable et patent, et URGENTISSIME, vu l’état de délabrement accéléré et de crise profonde en tous domaines, y compris moral, de notre pays.

Il faut donc prendre le problème à l’endroit.   Et à bras le corps.

En sachant très bien que tout ça n’est pas une fin en soi, mais un début, une sortie de quarante ans au moins de déclin et de morosité, sans même remonter jusqu’à 1945 et le partage du monde et de l’Europe déjà sur le dos des peuples. Ce n’est certes pas « la lutte finale », mais un grand ferment d’espoir et de reprise en main de la société par ses citoyens ordinaires, par la masse des hommes contre les oligarchies mondialistes et leurs larbins politiques et médiatiques. Et qui mieux est, sans effusion de sang, mais pour une fois par les urnes ! Il serait dommage de s’en priver.

***

L’UNION EUROPÉENNE EST LE PROBLÈME, PAS LA SOLUTION.

*

Si elle n’est bien évidemment pas la cause unique de tous les problèmes de notre pays, ladite « construction européenne » n’en est pas moins leur cause principale. Loin d’être leur solution comme on nous somme de le croire depuis un demi-siècle, la construction européenne en est au contraire l’origine. Car elle place les Français sous une tutelle étrangère, qui vide de sens leurs choix démocratiques, verrouille indûment leur avenir, fixe arbitrairement le champ de leurs intérêts, et les plonge indéfiniment et sans raison dans le mépris d’eux-mêmes et une forme certaine de désespoir.

UNION EUROPÉENNE ET BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE.

La France ne décide plus de la politique qu’elle souhaite mener, tous les pouvoirs ont été transférés à la Commission européenne (constituée de non-élus) et à la Banque centrale européenne. Les politiques pour la France sont fixées à l’avance par Bruxelles, par les Grandes Orientations de Politique Économique (dites GOPÉ).

EURO.

L’euro ruine notre pouvoir d’achat, entretient le chômage, plombe nos entreprises, et accélère les délocalisations. Rétablir le franc, et la planche à billets, c’est évidemment possible, et c’est indispensable ! Dans l’Histoire, toutes les monnaies plurinationales ont toujours explosé.

GOPÉ.

Depuis maintenant 10 ans, notre gouvernement est totalement subordonné à la Commission européenne, et nos ministres sont rabaissés au simple rang d’exécutants, en charge de faire passer des choix politiques sur lesquels ils n’ont aucun mot à dire. Ils ne font qu’appliquer les Grandes Orientations de Politique Économique. Et tout pays qui transige se voit mis à l’amende.

Entourés de chargés de communication et d’experts en tous genres, leur tâche consiste à faire avaler la pilule, en nous disant que tout ça, c’est pour notre bien. Au besoin, ils « amusent la galerie », utilisent des stratégies de détournement des attentions, en déclenchant ou en entretenant nombre de polémiques stériles et de choix sociétaux contestables, voire condamnables, ou au mieux fort accessoires. En dernier recours, si le peuple se rebelle un peu trop et que leurs députés font mine de se réveiller, ils cèdent sur de l’annexe qui relève encore de leur petit pouvoir, et puis, quand nécessaire, il y a toujours le 49-3 pour que ça passe. D’autant plus facilement que la caste des politiciens et des gens des media est parfaitement veule et soumise ; gangrenée, pourrie de l’intérieur, à vendre au plus offrant et tripatouilleuse de l’argent public.

UNE « AUTRE EUROPE » EST IMPOSSIBLE.

La raison essentielle pour laquelle une “autre Europe” est impossible, c’est que la “construction” européenne ligote ensemble un nombre sans cesse croissant d’États aux intérêts nationaux divergents, voire opposés, dans tous les domaines. La seule résultante possible d’une telle structure, c’est une situation de blocage continuel que seul peut piloter à sa guise le “fédérateur extérieur” intéressé et « impérial » : les États-Unis d’Amérique et sa finance « internationale ».

OTAN.

L’OTAN c’est la guerre permanente ou la déstabilisation des pays, en particulier au Proche-Orient (Palestine, Irak, Syrie…), mais aussi comme on l’a vu ces dernières années en Afrique du Nord (Tunisie, Libye, Égypte…), et même en Europe (ex Yougoslavie, Ukraine). L’OTAN, c’est le prétendu « choc des civilisations », autre nom de l’impérialisme et du colonialisme occidentaux.

***

À la présente élection présidentielle, à l’opposé des autres nains de la politique, pseudo-rebelles, ou politicards à vie qui se présentent (qui ne seraient que de simples chefs de service à l’Élysée) je ne vois qu’une seule personne cohérente et cultivée, sensée et de réelle stature présidentielle, connaissant parfaitement ses dossiers, avec un vision claire, cohérente globale, et clairement décidée à franchir le pas indispensable, celui du FREXIT qui est celui de l’ INDÉPENDANCE NATIONALE.

C’est un nouveau « non » à la dictature mondialiste en Europe. Un NON RADICAL, cette fois-ci.

Cette personne est François Asselineau, qui n’est d’ailleurs pas un politicien professionnel, mais qui a, cela dit, une expérience dans la haute administration et des cabinets ministériels (sous Mitterrand et Chirac). Il est bien le seul à affirmer haut et fort (malgré la difficulté à se faire accepter par tous les grands media de la Collaboration et de la soumission à l’impérialisme) :

« Je suis candidat à l’élection présidentielle afin de faire sortir unilatéralement et juridiquement la France de l’UE, de l’euro et de l’OTAN : c’est possible, nécessaire et urgent. »

Déjà, pour cette simple triple raison, je me sens prêt à le suivre, et je le suivrai encore plus facilement dans la mesure où il entend (parmi bien d’autres choses) :

DÉMOCRATIE

– Entreprendre une grande réforme constitutionnelle, pour une plus grande démocratie locale et nationale (soumise à référendum), portant, parmi bien d’autres choses, sur l’inscription dans la Constitution que « l’indépendance nationale est la condition de l’exercice réel de la souveraineté nationale » ; sur une gestion responsable du capital des industries d’intérêt vital ; sur la réinscription dans la Constitution du crime de haute-trahison ; sur l’interdiction de transfert de souveraineté nationale non limitée dans le temps, l’interdiction du vote électronique, l’interdiction du cumul des mandats, la limitation à un seul renouvellement consécutif des mandats de parlementaire, conseiller départemental, maire ; l’inéligibilité à vie pour les élus condamnés ; la mise en place d’un quorum d’au moins 60 % de présence à l’Assemblée nationale ; le maintien des communes contre les grands regroupements, la reconnaissance des référendums locaux ;

– Et présentement organiser trois grands référendums nationaux sur la politique énergétique de la France, sur la dette publique et sur l’immigration ;

– Et encore, transformer l’actuel Conseil constitutionnel (dont on a vu les limites partisanes ses dernières années) en une Cour constitutionnelle, composée exclusivement de magistrats professionnels, élus par les parlementaires pour une période non renouvelable. Elle devra défendre la Constitution en toutes circonstances ; les possibilités de saisine seront élargies à des groupes d’élus locaux ou de citoyens français.

QUATRIÈME POUVOIR (LES MEDIA DE MASSE)

– Établir la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État et des puissances d’argent ; fixer un cadre constitutionnel aux médias dans le cadre de la séparation des pouvoirs ; interdire le contrôle des médias de masse par des fonds de pension, des groupes et conglomérats multinationaux, ou autres féodalités économiques et financières ; adopter des lois anti concentration, et des dispositifs permettant de lutter contre la logique financière et commerciale dans le domaine des médias ; interdire aux groupes intervenant fortement dans d’autres secteurs économiques de posséder des médias ; limiter l’ampleur des financements publicitaires et la durée des messages publicitaires ; assurer la publicité des détails des financements des médias ;

– Créer un Service public de l’information et de la culture (SPIC). Indépendant et doté de moyens lui permettant de remplir sa mission informative, démocratique et émancipatrice, ce SPIC sera chargé par la loi de favoriser la qualité des débats publics, l’élévation de la culture générale et l’éducation de tous en offrant une information et des programmes de qualité (culture, arts, histoire, sciences, etc.) ; renationaliser TF1 ;

– Favoriser l’adoption d’un code de déontologie sur les liens entre politique et journalisme ; réformer le système d’aides publiques à la presse afin que les subventions favorisent les médias qui participent de façon loyale et désintéressée à la vie démocratique ; protéger l’indépendance des journalistes en luttant contre la précarité dans les métiers du journalisme ;

– Rétablir l’Agence France-Presse (AFP) dans son rôle originel de service public de l’information ; transformer le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en une Cour supérieure de l’audiovisuel (de professionnels de la Justice) .

LIBERTÉS INDIVIDUELLES

– Limiter à deux mois les plans Vigipirate, avec renouvellement sur autorisation du Parlement et référendum obligatoire au bout de trois renouvellements ; rétablir le principe fondamental du secret des correspondances (postales, électroniques,  etc.) et des télécommunications ; seul un juge pourra ordonner le fichage de ces données ; réexamen périodique de l’utilité exacte du dispositif des caméras de surveillance et adoption d’une législation beaucoup plus contraignante pour en installer de nouvelles ; supprimer la reconnaissance du mandat d’arrêt européen et revenir à la procédure normale d’extradition, seule garante des libertés publiques :

– Garantir la « neutralité » de l’Internet (c’est-à-dire l’accès égal pour tous, sans mise en place de priorités étatiques, publicitaires ou financières) ; retirer immédiat la France du réseau INDECT et de tout système comparable, système promu par l’Union européenne qui consiste en une surveillance informatique systématique des contenus Internet par mots-clefs ; encadrer les fichiers nationaux de Français et interdire le stockage hors de France de leurs données personnelles ;

– Protéger les « lanceurs d’alerte » ;

– Interdire tout « puçage » (RFID ou autres) des êtres humains ; cette interdiction nationale s’accompagnera d’une saisine de l’Organisation des Nations unies pour que ce puçage fasse l’objet d’une interdiction universelle. (puçage qui semble aller de pair avec l’idée de faire disparaître toute monnaie papier ou par chèque au profit d’une seule monnaie électronique.)

PATRIMOINE MATÉRIEL ET LANGUE FRANÇAISE

Protéger le patrimoine et en faciliter l’accès à tous ; augmenter substantiellement les budgets alloués à la sauvegarde des monuments historiques ainsi que des œuvres d’art françaises ; assurer financièrement pour chaque enfant la possibilité d’accéder aux lieux d’enseignement des arts et des sports ; mobiliser le service public de l’audiovisuel pour promouvoir la culture; développer l’éducation populaire et favoriser la connaissance de l’histoire de France par la visite de monuments emblématiques, pour les élèves des lycées et collèges.

« La France doit dénoncer la « mondialisation » — qui n’est en fait qu’une « américanisation » — et favoriser l’ouverture à toutes les cultures du monde, sur un pied d’égalité. Obligation sera faite aux grandes chaînes de télévision et stations de radio publiques (dont TF1 déprivatisée) de diffuser des informations et œuvres représentant les points de vue d’autres civilisations : cinéma japonais, chinois, indien, russe, égyptien, tunisien, sénégalais, brésilien, etc. »

– Faire de la francophonie une référence culturelle commune mondiale ; s’interdire pour tout membre du gouvernement d’user d’une autre langue que le français dans les réunions et correspondances internationales ; maintenir et approfondir l’exception culturelle française ; soutenir la création artistique française pour les films et les chansons.

– Créer un parlement de la Francophonie, renforcer la diplomatie entre pays francophones et favoriser l’adoption de positions communes dans les grandes institutions internationales (ONU, FMI, OMC, etc.) ; développer un système d’échanges de type Erasmus avec les pays de la Francophonie ; adopter une politique de redynamisation de l’Outre-mer français ; développer un vaste programme d’échanges scolaires.

– En finir avec la déconfiture scolaire et retourner à une véritable instruction publique de base dans le primaire : lire, écrire, compter ; histoire et géographie ; culture de l’effort… ; attribuer des postes d’enseignants en rapport avec l’expérience professionnelle.

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

– Refonder une politique étrangère dans le sens d’un équilibre des puissances ; réviser l’article 53 de la Constitution en interdisant à la France d’adhérer à une alliance militaire permanente ; renouer avec une politique de paix ; revenir à une politique d’amitié et de coopération de la France avec la Russie, la Chine, le monde arabe et le monde latino-américain. En finir avec la « Françafrique » par une coopération égalitaire avec les pays d’Afrique. Donner à l’espace francophone mondial une dimension politique et non alignée. Chercher à redonner tout son pouvoir à l’ONU conformément à sa Charte fondatrice. Conserver, respecter, renforcer le droit international de la mer. créer une Organisation de coopération et de sécurité pour la Méditerranée. Refuser le prétendu « choc des civilisations » en France.

***

J’ai évoqué ici des sujets qui me tiennent le plus à cœur. Il y a bien d’autres secteurs importants, comme celui du social ; quelques exemples : la sortie de l’U.E. mais fin de facto à la concurrence déloyale avec les pays à bas salaires ; remet en cause les délocalisations par des mesures coercitives ; remet en cause également la vente du patrimoine industriel,  agricole, viticole, hôtelier, immobilier et autres à des entités étrangères; permet de renationaliser tous les principaux services publics et de contrôler toutes les industries sensibles ; permet de redistribuer au niveau national ou pour d’autres projets internationaux, l’actuelle quote-part française dans l’Union européenne ; tourne la page avec les amendes pour non respect d’objectifs « européens » d’appauvrissement et de destruction nationaux ; empêche la suppression du SMIC qui est une idée « européenne » dans l’air ! Qui stoppe et enlève le nivellement par le bas.

On pourrait ajouter encore la volonté d’aider les PME et micro-entreprises, l’agriculture sinistrée, petite agriculture et bio-agriculture, etc.

Il y a enfin des domaines qui me semblent avoir été mis de côté, et pour lesquels il faudra réveiller, ou remettre sur le bon rail, notre candidat ou futur président. C’est celui des langues et des cultures régionales dans une perspective non pas d’euro-régions mais de patrimoine français commun, de diversité dans l’unité, ou d’unité dans la diversité – comme on veut bien le dire. C’est également celui de nos rapports avec la latinité (Portugal, Espagne, Italie, Roumanie, Moldavie ex ukrainienne, Amérique latine…)

Mais je n’en dis pas plus sur ces sujets, ce n’est pas ou plus l’heure. Du moins, si près de l’élection.

*

 

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

David Hamilton: requiescat in pace

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/david-hamilton-requiescat-in-pace/

***

Pourquoi tant de haine contre l’érotisme et le romantisme hamiltoniens?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/pourquoi-tant-de-haine-contre-lerotisme-et-le-romantisme-hamiltoniens/

***

Joyeuse (?) Pâque sur le monde : où va frapper, la prochaine fois, l’Ange de la Mort?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/joyeuse-paque-sur-le-monde-ou-va-frapper-la-prochaine-fois-lange-de-la-mort/

***

David Hamilton, dans la « chasse aux sexes de jeunes filles », avait-il oublié sa langue?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/david-hamilton-dans-la-chasse-aux-sexes-de-jeunes-filles-avait-il-oublie-sa-langue/

Dans certains journaux, des femmes affirment se souvenir, au sujet de David Hamilton…

L’une d’elles se serait « ainsi souvenue à propos de la « traque aux mouses » (à savoir, la chasse aux sexes de jeunes filles)« …

Citation textuelle de:

http://www.purepeople.com/article/david-hamilton-predateur-sexuel-flavie-flament-et-d-autres-femmes-racontent_a211706/1

Mais… David Hamilton était anglais : on devrait dire « la traque aux mice », Hamilton quant à lui devait savoir que « mice » est le pluriel de « mouse »…

Ce qui est impayable est que « mouses » est utilisé pour le pluriel de « mouse » quand il s’agit de souris d’ordinateurs…

***

David Hamilton et Dawn Dunlap: bientôt 5000 vues sur le canal de Roland Jaccard

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/david-hamilton-et-dawn-dunlap-bientot-5000-vues-sur-le-canal-de-roland-jaccard/

***

Cher David Hamilton, je vous écris

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/14/cher-david-hamilton-je-vous-ecris/

15 avril 2017.

Communiqué.

Au mois de mai 2017 paraîtra notre livre sur David Hamilton – un ouvrage collectif, édité par Jean-Pierre Fleury (docteur en sociologie de l’Université de Nantes), avec des signatures variées et cosmopolites de gens et d’écrivains originaires de plusieurs pays européens:

  • une universitaire belge;
  • la directrice d’un magazine français;
  • le cinéaste Sébastien Guillet;
  • un écrivain situationniste breton habitant à Paris, Phrère Jac;
  • Olivier Mathieu;
  • Jean-Pierre Fleury (aussi éditeur du livre)
  • J., universitaire française et artiste peintre (qui fera un tableau, peut-être deux, pour illustrer la couverture)

La liste qui précède n’est pas exhaustive, il y aura au moins deux autres collaborateurs à l’ouvrage.

 La liste sera complètement dévoilée, avec le titre et le n° ISBN du livre, au moment de la parution.

Misère que du Mort…

cet article se trouve également sur le BLOG en DÉFENSE de DAVID HAMILTON sous le titre : David Hamilton, victime du « viol des foules » https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/13/david-hamilton-victime-du-viol-des-foules/

***

   Dessin de Matisse (1943).

Il est plutôt triste de constater que les journaleux à la petite semaine et autres pisse-copie médiocres, incultes et de caniveau, sans oublier les pigistes de rien et sans dignité, de tous les principaux media (je veux dire des titres papier, radio ou télévision connus, mais de moins en moins reconnus, qui monopolisent l’information de masse), non contents d’être tous propagandistes « comme un seul homme » de l’idéologie dominante mondialiste, se font également, comme en un réel régime totalitaire, propagateurs des rumeurs et ragots, du dénigrement systématique de certains, de la diffamation et du mensonge répétitifs et organisés, ou des pires accusations sans aucun droit de réponse, et plus encore — si l’on peut dire — du silence et de la mort sociale médiatique. Et cela en totale impunité. C’est dire où en est rendue également la Justice de notre pays. Sans même parler de la Morale qu’il ne faut évidemment pas confondre avec la pudibonderie hypocrite contemporaine. Ce « quatrième pouvoir » est à abattre.

Ceci est applicable à tous les domaines. Je pourrais citer ici tout un tas d’exemples rien que dans le monde des idées, de la recherche historique et de la liberté d’expression bien mise à mal ; ou présentement dans celui de la « campagne présidentielle » où la manipulation des citoyens atteint un niveau tellement énorme qu’il en devient totalement visible, même par nombre de naïfs courants, mais fort heureusement aussi quasi risible (peaux de bananes à l’encontre de certains candidats, publicité sidérante et mensongère au profit ou au détriment d’autres, sondages (aux plus offrants) totalement truqués, faits en dépit du bon sens, sans aucune méthodologie, etc.). Il y a un côté « viol des foules » assez grotesque, ou si l’on préfère de propagande « très gros sabots », par les crétins médiatiques sans honneur, bornés et haineux de service.


On a vu, pour ce qui nous occupe, je veux dire par rapport à David Hamilton que nous nous faisons forts de défendre, toute cette bassesse à l’œuvre, cette veulerie, cette dégueulasserie. Diffamation, insulte, pousse au suicide, et qui sait pousse au meurtre prémédité, autrement dit à l’assassinat. Non seulement dans ladite « presse à scandale » et « presse pipole », mais dans toute la presse, même celle que l’on nomme encore, et je ne sais trop pourquoi, sérieuse. Et ceci même a été repris et amplifié sans preuve, mais par préjugés du moment, sur ledit « lieu de liberté » nommé Internet, par tous les courageux anonymes de la populace suiviste, haineuse et hurlante.

Ces journaleux, comme le rappelle avec justesse un précédent article du Blog en Défense de David Hamilton (auquel je renvoie), continuent de s’acharner sur David Hamilton post mortem, en toute impunité et ajouterais-je même, par bêtise crasse. La feuille de choux (de gauche?) dénommée « Nouvel Observateur » ose encore titrer en avril 2017 : « Flavie Flament, violée par le photographe David Hamilton alors qu’elle avait 13 ans ». Oubliant de préciser : « … sur la foi seule de l’intéressée et en toute diffamation, d’elle et de nous, d’aujourd’hui un mort, au casier judiciaire vierge pour toute l’éternité ».

Le petit journal à cancans fait dire à Flavie la mal prénommée (Flamort lui conviendrait tellement mieux), ou si l’on préfère à Fla-qui-ment, des énormités telles celles-ci : « Nous avons été écartées de tout : ses appartements ont été tranquillement vidés des preuves qu’ils devaient contenir. Ses ayants droit gèrent désormais une « œuvre » infréquentable dans laquelle nous apparaissons toujours ».

« Appartements … tranquillement vidés ». Que désirait-elle ? Aller fouiller chez le mort ? Mais pour qui se prend-elle ? Et de quelles preuves parle-t-elle ? Moi, j’aurais bien aimé, à propos de preuves, qu’il y eût une enquête sérieuse de menée pour rechercher d’éventuelles traces laissées par d’éventuels assassins. Ses ayant droits ? Ceux-ci ont eu l’intelligence de se taire, de ne rien laisser filtrer à qui que ce soit depuis la mort de David Hamilton.

Ce n’est pas l’Oeuvre majuscule et sans guillemets (je rectifie), qui est infréquentable, mais toi.

La femelle de rien du tout, la petite arriviste médiateuse, la starlette des émissions populacières, l’exhibitionniste pipole impudique et fatalement laide en sa vulgarité, la traumatisée mythique, l’obsédée d’une gloriole minable, la mythomane aux fantasmes, la haineuse des hommes, la ménopausée du ciboulot, la très médiocre écrivassière, en résumé : cette « bête et méchante » à prétention d’écrivain Lecanu, divorcée Flament, vient encore de sévir tout récemment, dans une émission de télévision dont je me suis empressé d’oublier le nom tant tout cela est odieux.

Pour surenchérir sur la une de Gala d’il y a quelques années, titrant : « Sexy Flavie, l’amour rend belle… Sur 30 pages Flavie Flament, la star de TF1, nous présente les produits vedettes de l’été » (quel niveau!), voici, quelques années en arrière, la fla-mante religieuse, la traumatisée anorexique. Pour plagier Michel Colucci : « Poupinette le cas tout nu… Une ancienne speakerine. Ça les esquinte, hein ! Elle arrive, elle est là sur sa petite chaise :  » Avant votre émission préférée, faites donc un poison surgelé … Hamiltoooooonnn, bien sûr ! » Ça fout les boules, hein ! » Enfin, comme dirait l’autre, : « le mal, le méchant, le laid et le faux vont souvent de concert. » Elle nous fait du flafla, et tout son flafla ment.

De cette petite femme j’ai retenu, l’écoutant en diagonale et en rediffusion, sa « faconde » imbécile, son blabla, ses grands mots, son bluff, ses affirmations creuses et assurées, sa diarrhée langagière et mentale de bas étage. Et aussi certains silences pesants ou réponses un peu courtes. Mais avant tout, son adéquation totale aux démons répressifs anti-mâles basés sur de fausses théories psychiatriques qui ont déjà fait beaucoup de mal ailleurs, dans le monde occidental en particulier.

En cette émission elle nous abreuve ainsi de phrases toutes faites, de sortes de slogans, de banalités, elle parle de « protéger nos enfants », ce lieu commun, elle évoque « le mouvement citoyen », cette chimère fameuse, cette tarte à la crème « de gauche ». Là, je me dis, serait-elle socialiste pour employer une telle expression, ou bien la flamante a-t-il été totalement contaminée par la rossignole ? Elle dit : « des artistes nous rejoignent ». Chante beau merle… Moi personnellement, je me disjoins et je ne suis pas le seul.

« Des artistes… », de nos jours lorsque l’on a dit cela, on a tout dit dans le petit milieu politico-médiatique, manque plus que des « fouteux » et autres intellectuels de premier plan (sic). De quels artistes parle-t-elle ? D’individus du genre d’un Olivier Jeanne-Rose par exemple. Moi non plus, j’ignorais totalement qui était cet individu, mais on m’a mis devant les yeux l’article d’un certain Roni Bar titré « The can of worms opened after iconic photographer accused of rape commits suicide » (La boîte de Pandore ouverte après que le photographe iconique accusé de viol s’est suicidé 1) (cf. haaretz.com, le 6 décembre 2016). En voici un morceau choisi :

Generations of photographers have tried, and still try, to achieve the blurry effect named after British photographer David Hamilton, whose signature style was called the « Hamilton Blur. » It helped create nostalgic-romantic pictures, somewhere between memory and dream.

You achieve [the effect] by smearing Vaseline on the lens,” explains Parisian fashion photographer Olivier Jeanne-Rose, thereby killing the magic. “You see? Even at the symbolic level, there were hints of what happened there. »

« Des générations de photographes ont essayé, et essayent encore, d’obtenir l’effet flouté désigné du nom du photographe britannique David Hamilton, dont le style de signature était appelé «flou hamiltonien». Il a contribué à créer des images nostalgico-romantiques, quelque part entre mémoire et rêve.

« Vous obtenez [l’effet] en étalant de la vaseline sur la lentille », explique le photographe de mode parisien Olivier Jeanne-Rose, tuant ainsi la magie. « Vous voyez ? Même au niveau symbolique, il y avait des allusions sur ce qui se passait alors. »

Que dire de cette andouille, ce jaloux sans doute et plus sûrement encore ce minus habens? Sa simple réflexion le range de fait au côté des non-artistes et autres simples techniciens faiseurs de photographies. L’un des milliers de ces photographes interchangeables sans style identifiable, sans une once de poésie, sans talent.

Heureusement, il reste encore de vrais artistes, même dans la mode, qui semblent apprécier David Hamilton – lui le photographe intemporel et non étiquetable – une sorte de gageure dans ce milieu si virevoltant de collection en collection et d’éphémère en éphémère, au renouvellement incessant ; mais certes aussi cyclique et en réaction aux mœurs du temps.

« C’était l’âge de l’innocence. Aujourd’hui, nous sommes dans l’âge de la vulgarité. Si cela ne choque pas, cela n’intéresse pas. »

Voici ce que pouvait écrire encore en 2015, je ne parle pas sur l’homme diffamé mais sur l’artiste pas encore bafoué, Émilie Faure (in Le Figaro Madame du 11 juin 2015, article titré : La Mode estivale sous l’influence de David Hamilton) :

« Fraîche et teintée d’érotisme, la mode estivale s’inspire des images au flou artistique du photographe britannique.

Dans les années 1980, ils tapissaient les murs des chambres des adolescentes. Aujourd’hui, les clichés de David Hamilton sont épinglés sur les moodboards des stylistes. De Clare Waight Keller chez Chloé à Isabel Marant et Véronique Leroy, la tendance seventies est vue par le prisme du photographe et réalisateur de Bilitis. Ses demoiselles évanescentes aux cheveux piqués de fleurs fraîches et à la peau brunie par le soleil, perdues dans leurs robes de crépon de coton, incarnent bien la fille de l’été 2015. Contacté par téléphone – il est en reportage au Montenegro -, l’artiste britannique ne mâche pas ses mots : « Pour moi, la mode revisite toujours le passé. On ne fait que recycler. D’ailleurs, les robes grecques que nous avions bricolées pour Bilitis en 1977 avec des chiffons de soie et quelques bouts de dentelle s’inspiraient de modèles vieux de 2 000 ans. »

« Que les designers lui rendent hommage sur les podiums de la saison? David Hamilton s’en fiche pas mal. Les vêtements utilisés lors de ses prises de vue, même s’ils ont fait la joie de bon nombre de hippies, étaient des voiles de pudeur destinés à masquer la nudité. « David Hamilton n’est pas un photographe de mode, avance le créateur et collectionneur de prêt-à-porter Olivier Châtenet. La plupart des mannequins enfilaient trois carrés de soie noués sur les épaules, des “non-vêtements”. En revanche, la véritable blouse roumaine repérée dans sa campagne pour L’Air du Temps de Nina Ricci, dans les années 1970, est devenue la pièce incontournable du vestiaire féminin de l’époque. Toutes les femmes en réclamaient et l’adorent toujours quarante ans plus tard. Elle symbolise bien l’esprit folklo – on ne disait pas “rétro” ou “vintage”, on appelait cela “la mode de la Côte d’Azur”, car, si un Yves Saint Laurent ou une Sonia Rykiel affectionnaient ces mêmes coupes blousantes, il était essentiellement question de petites pièces peu coûteuses achetées en bord de mer. »

Laissons ici encore quelques créateurs du monde de la mode féminine nous dire :

– Bilitis comme Emmanuelle a nourri bon nombre de mes collections estivales, confie la créatrice Véronique Leroy. L’atmosphère de ces images, le romantisme qui en découle évoquent la sensualité plus que le sexy. La nudité est suggérée, c’est une séduction sans volonté de séduire, plus facile à assumer qu’une surcharge d’efforts. Le personnage de Bilitis plaît aux hommes l’air de rien, et la Française est un peu comme cela.

– Cette influence ne tombe pas du ciel, elle arrive parce que l’époque est lourde et anxiogène, assure Thierry Colson. On a envie de se réfugier dans plus de douceur, on étouffe.

– C’est rassurant de se référer à ces photos, dit Sophie Mechaly, la fondatrice de Paul & Joe. Elles se révèlent aux antipodes des images hyper-sexuées hideuses de la télé-réalité qui font fantasmer les adolescentes de nos jours. Et croyez-moi, les mères préféreraient que leurs enfants s’inspirent de la fraîcheur de Hamilton ! J’y perçois moins de l’érotisme que de la candeur.

– David Hamilton m’a toujours énormément influencée, explique Giada Forte. Je n’ai jamais décelé de perversité dans son travail. Il est parvenu à exhaler la sensualité des femmes dès leur plus jeune âge. Il n’y a rien de choquant là-dedans. Comme ses photographies, impossibles à ancrer dans le temps, nos vêtements se veulent intemporels, ils se portent et se reportent, et le corps l’emporte sur tout le reste.

– Aussi féminine que cool, elle promet une dégaine, une attitude, assure Marie de Reynies, responsable du marché mode femme au Printemps. Avec ses robes en guipure et ses couleurs pastel, le défilé de Chloé a clairement donné le ton et la direction commerciale de la saison, alors que depuis cinq ans c’était la mode plus radicale de Céline qui était suivie. L’austérité a laissé place au grand retour de la féminité.

***

La ie, blouse roumaine traditionnelle.2

*

http://www.dailymotion.com/video/xjnitq_bilitis-titre-l-arbre-musique-francis-lai-bo-film-david-hamilton-photos-david-hamilton_creation

***

Notes :

1 – ou… se soit (simple supposition).

2 – ie (deux syllabes, accent sur le « i »), ia avec l’article défini féminin postposé ; du latin [tunicæ] linæ, tunique en lin.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON – le 13 avril

De Léonard de Vinci à Léonard David Hamilton…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/13/de-leonard-de-vinci-a-leonard-david-hamilton/

***

Comme la peau d’une jeune fille de David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/13/comme-la-peau-dune-jeune-fille-de-david-hamilton/

***

NON, David Hamilton n’employait pas de vaseline pour son « flou hamiltonien »

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/13/non-david-hamilton-nemployait-pas-de-vaseline-pour-son-flou-hamiltonien/

Les gens qui prétendent que David Hamilton employait de la vaseline pour ses photos se trompent, ce sont des ignorants ou des menteurs.

Ils l’emploient peut-être, eux, la vaseline, mais nous préférerions ne pas savoir pour quoi faire, même si nous avions quelque idée à ce sujet.

*

Un ami intime de David Hamilton nous écrit:

I wish you would counter the myth that ‘le flou hamiltonien’ involved Vaseline. It did not, never.

Traduction: 

J’aimerais que vous contrecarriez le mythe selon lequel «le flou hamiltonien» impliquait l’emploi de vaseline. Ce ne fut jamais le cas.

*

C’est ce que vient d’écrire Jean-Pierre Fleury ici:

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/13/david-hamilton-victime-du-viol-des-foules/

***

 

Humour juif.

— Question : Savez-vous pourquoi le Conseil représentatif des institutions juives de France a pour sigle CRIF et non pas CRIJF, avec un J ?

— Le « phoniatre » : Parce que CRIJF est imprononçable…

— Le « complotiste » : Parce que le CRIF avance toujours masqué…

— L' »antisémite » : Mais, non ! pas du tout… c’est parce que CRIF est l’anagramme de FRIC.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON — le 12 avril

Le lynchage médiatique de David Hamilton: un acte d’une lâcheté incroyable.

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/12/le-lynchage-mediatique-de-david-hamilton-un-acte-dune-lachete-incroyable/

***

Avril 1933 : naissance d’un génie

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/12/1933-david-hamilton/

***

La raison pour laquelle l’imprescriptibilité des crimes sur mineurs n’est pas souhaitable

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/12/la-raison-pour-laquelle-limprescriptibilite-des-crimes-sur-mineurs-nest-pas-souhaitable/

***

Hamilton, M’sieur, c’est la contrainte hamiltonienne, les problèmes de deux ou même trois corps, et la mécanique des fluides hamiltonienne?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/12/hamilton-msieur-cest-la-contrainte-hamiltonienne-les-problemes-de-deux-ou-meme-trois-corps-et-la-mecanique-des-fluides-hamiltonienne/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/11/affaire-flament-david-hamilton-la-folie-pure-du-viol-categorique/

Affaire Flament – David Hamilton: la FOLIE PURE du « viol catégorique »!

Publié le 11 avril 2017 par defensededavidhamilton

Le journal Le Nouvel Observateur écrit, au sujet de Flament :

« L’animatrice française, violée adolescente, propose de porter à 30 ans le délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs. La mission qu’elle a co-présidée sur le sujet publie ses recommandations ce lundi ».

C’est très curieux, la conception de la déontologie journalistique  de ce journal. Si curieux que l’on frise le grotesque. Est-ce de l’ignorance, de la  la bêtise ou de la mauvaise foi?

Ces mots du Nouvel Obs signifient en effet, si la langue française a encore un sens, que Flament a été violée, que c’est établi, que c’est catégorique, que c’est indéniable. Or, n’importe quel avocat vous dira qu’il n’en est rien. Personne ne sait si Flament a été violée. Aucune décision de justice n’a établi que Flament a été violée.

Flament a d’abord déclaré avoir été violée, dans un « roman » où elle ne citait pas le nom de son violeur présumé. Puis elle a accusé nommément David Hamilton. Depuis que ce dernier est mort, elle semble ajouter, à la philosophie kantienne, une nouvelle notion qui serait « le viol catégorique ».

On a des accusations tardives de viol, et rien d’autre.

L’article commence par les mots :
« Flavie Flament, violée par le photographe David Hamilton alors qu’elle avait 13 ans »…

C’est de la folie pure et simple!

N’en déplaise à Flament et au Nouvel Observateur, le respect du Droit, comme celui de la langue française, imposeraient de dire: « L’animatrice, qui a affirmé avoir été violée ». Ou encore: « L’animatrice, victime présumée d’un viol ».

David Hamilton n’a jamais été condamné à quoi que ce soit de son vivant.

David Hamilton n’a pas été visé par une plainte de Madame Flament pendant les dizaines d’années que celle-ci avait à sa dispositon pour le faire, si elle le désirait.

Dans une accusation, c’est celui qui accuse qui doit trouver des preuves pour confirmer son accusation et non l’accusé qui doit prouver son innocence. C’est la conséquence directe de la présomption d’innocence. 

David Hamilton est mort et l’action civile est éteinte. 

Que cela plaise ou non à Flament et au Nouvel Obs, c’est ce que dit la loi française.

*

Passons à un autre point.

Flament dit, dans cet article:

« Hamilton, en tirant sa pitoyable révérence aux allures d’aveu, a fait s’éteindre toute possibilité d’action judiciaire contre lui. Nous étions à quelques jours… Nous avons été écartées de tout : ses appartements ont été tranquillement vidés des preuves qu’ils devaient contenir. Ses ayants droit gèrent désormais une « œuvre » infréquentable dans laquelle nous apparaissons toujours ».

On notera donc:

  • que Flament n’appelle pas le photographe David Hamilton, mais seulement « Hamilton », sans prénom;

  • que Flament fait de la pseudo-psychologie, en parlant de « pitoyable révérence aux allures d’aveu », alors que rien ne permet de voir un « aveu » de quoi que ce soit dans un suicide – geste difficile ou impossible à expliquer – qui est au demeurant (Flament l’ignore-t-elle?…)  un suicide extrêmement étrange dans le cas de David Hamilton (un mois avant, David Hamilton craignait pour sa vie et a été retrouvé avec la porte ouverte, et son acte de décès indique que la date de sa mort a été impossible à déterminer)…

  • que Flament affirme avoir été « écartée » de tout: de tout quoi? Flament, après la mort de  David Hamilton, se croit-elle maîtresse de ses appartements ou de son oeuvre?

  • que Flament confesse donc publiquement de la sorte avoir en quelque sorte « surveillé » les appartements de David Hamilton après la mort de ce dernier, puisqu’elle affirme que ces appartements ont été « vidés »: comment le sait-elle et qui le lui a dit? Surveillait-elle ou faisait-elle surveiller aussi l’appartement ou les appartements de David Hamilton avant la mort de ce dernier, voire le jour de son décès?

  • que Flament accuse donc des gens d’avoir fait « disparaître des preuves » d’un supposé délit qui remonterait à 1987 (« ses appartements ont été tranquillement vidés des preuves qu’ils devaient contenir ») :

  • que selon l’article 434-4 du code pénal, la dissimulation de preuves est «le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité et est passible, selon les cas, de trois à cinq ans d’emprisonnement;

  • que Flament accuse donc publiquement, dans le Nouvel Obs, des proches de David Hamilton d’un délit qui les rendrait passible, selon la loi française, de 3 à 5 ans d’emprisonnement;

  • que l’on se demande ce que vont en penser les personnes ainsi visées par les propos de Flament… car ces personnes seraient parfaitement en droit de porter plainte en diffamation contre Flament.

On notera SURTOUT:

  •  que la presse continue d’être largement ouverte aux propos de la journaliste Flament, alors qu’aucun de ses collègues ou amis journalistes ne s’interroge sur les coïncidences (David Hamilton serait mort le jour de la « Journée de la violence contre les femmes »), sur les étrangetés (David Hamilton se serait suicidé avec la porte ouverte), sur les aberrations (son acte de décès, document officiel, dit que la date de mort a été impossible à déterminer) de la mort du photographe…

***

Requiem pour David Hamilton: résignation et sérénité

Publié le 11 avril 2017 par defensededavidhamilton

Double hommage à David Hamilton (né le 15 avril 1933)

et à Richard Strauss (les Métamorphoses, 12 avril 1945)

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/11/2967/

Sur le Blog en Défense de David Hamilton

De David Hamilton à Gunter Sachs

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/10/de-david-hamilton-a-gunter-sachs/

 

***

Les flamants cancanent, des femmes rendent hommage à DAVID HAMILTON

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/10/les-flamants-cancanent-des-femmes-rendent-hommage-a-david-hamilton/

***

Qui était cette blondâtre, en couverture des magazines, qui faisait plus de cancans qu’un flamant?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/10/qui-etait-cette-blondatre-en-couverture-des-magazines-qui-faisait-plus-de-cancans-quun-flamant/

QUELQUES CHANSONS INTERPRÉTÉES PAR PIA COLOMBO (1930-1986)

*

Péniche (1957)

https://www.youtube.com/watch?v=c-G56aTTtbE

*

Mon cœur est dans un nuage (1969)

https://www.youtube.com/watch?v=PldloC09J7I

*

Ma maison (1971)

https://www.youtube.com/watch?v=KCcXX3aojSQ

*

Chanson d’amour (1974)

https://www.youtube.com/watch?v=XIgp7R8sxvU

*

La maison devant la mer (?)

https://www.youtube.com/watch?v=USIyCoV3YT4

Élection présidentielle (suite, encore)

II – Maintenant, Nicolas Dupont dit Dupont-Aignan (Aignan étant le nom de famille de sa mère) à cause d’une homonymie lorsqu’il fréquentait l’école primaire.

Pas grand chose d’intéressant à dire sur ce candidat par ailleurs député-maire « non-inscrit » de la ville d’Yrres dans l’Essonne, sauf à répéter ce que j’ai déjà, plus ou moins, dit pour d’autres. Il est le président de Debout la France, ex Debout la République, ancien courant dit souverainiste, ou plus exactement très droitier et très réactionnaire, de l’ex UMP. DLF fait partie de l’Alliance pour la démocratie directe en Europe (démocratie directe : terme assez inattendu et même incongru en ce milieu autoritaire) qui regroupe des personnalités et des partis libéralo-réactionnaires d’extrême droite. Autant dire des « néo-conservateurs » qu’il conviendrait plus exactement de dénommer néo-réactionnaires.

Dupont est une sorte de gaulliste, ou prétendu gaulliste d’extrême-droite  » bien propre sur lui » mais sur certains points sociétaux un tantinet « moderniste ». Il donne ainsi le tournis aux électeurs catholiques traditionalistes qui le soutiennent en se déclarant favorable à l’avortement. Peu après les primaires de la Droite, il a également affirmé : «Fillon est un honnête homme [sic] qui propose de mauvaises solutions».

En fait et de fait, Dupont-Aignan est une girouette politique qui a réussi le tour de force de chercher au cours du temps, des alliances à la fois avec les chevénementistes (Mouvement Républicain et Citoyen) et avec les villiersiens (Mouvement Pour la France). (De Villiers lui-même soutenant, sauf erreur, Le Pen junior à la présente élection présidentielle.) Il a un moment voulut se rapprocher du dénommé Paul-Marie Coûteaux, ex président de Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL), groupuscule proche du FN, personnage qui proposait, il y a très peu d’années, pour les Rroms de les « concentrer dans des camps »!

Dupont-Aignan et son parti ont également soutenu l’élection de Robert Ménard (avant même le FN et le MPF), le pied-noir sioniste, anti-arabe et antimusulman d’extrême-droite et actuel maire de la ville de Béziers, ville que l’on dit sinistrée. Il a soutenu également récemment la Ligue du Sud, parti concurrent du FN dans le Midi de la France. Mais n’est pas du tout opposé à une alliance avec le Front National. En 2012, il a même déclaré, non sans présomption, que Le Pen pourrait être son premier ministre.

Bien évidemment, c’est un politicien « anti-système » comme le sont des politicards comme la raciste sioniste suprémaciste Le Pen et le frère trois points, le productiviste bouffeur de curés hystérique, ex trotskiste, ex socialiste et ambigu Mélenchon. Pour rire et amuser la galerie des gogos d’un bord ou de l’autre. Dupont « té » a fait campagne pour le Non en 2005, en 2012 il était pour la sortie de l’euro et le retour au franc, mais non de l’Union Européenne ; il est présentement pour une « autre Europe » toujours dans le cadre de la présente Union Européenne ; mais quelle Europe ? on l’ignore.

Autrement dit, c’est un « eurosceptique » qui ne rechigne pas sur les compromissions, et qui est favorable à une « autre Europe » dans le cadre même de cette présente « Europe » capitaliste. C’est un faux sceptique qui n’entend nullement mettre cette pseudo Europe, mondialiste et totalitaire, à la fosse septique de l’Histoire. Il faut dire qu’il a déjà beaucoup de mal à naviguer à vue dans la fagne putride de la fosse à purin, ou marigot à « cocodris » de l’extrême-droite.

***

Note complémentaire à propos de l’inénarrable Cheminade : parmi les divers livres qu’il a écrits ou signés, on trouve : Roosevelt, de Gaulle, Monnet : reprendre leur combat (éd. Solidarité et progrès, 2000) et L’Exemplarité de l’œuvre de Henri Grégoire et de Lazare Carnot pour la France et l’Europe d’aujourd’hui (2006). Si je vois ce que Roosevelt et Monnet peuvent avoir en commun : l’asservissement de l’Europe à l’Empire occidental présent, je vois moins ce que De Gaulle a à y faire. Quant à l’abbé constitutionnel Grégoire et à Carnot, ce sont les types mêmes de républicains jacobins totalitaires. Le premier est bien connu, entre autres, pour son « Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir [sic] les patois [sic] et d’universaliser l’usage de la langue française » avec son présupposé imbécile du français « langue de la liberté », comme on peut « l’admirer » de nos jours. Le second s’est fait le complice de la Terreur et en particulier de Turreau de Lignières (futur baron d’empire) et de ses Colonnes infernales tuant hommes, femmes, enfants, brûlant les villages de ladite Vendée militaire. « Extermine les brigands jusqu’aux derniers » fut la consigne écrite de celui qui deviendra l’un des cinq Directeurs du Directoire, puis comte d’Empire ! Pitoyable Cheminade.

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Jugement esthétique sur David Hamilton et sur l’un de ses nombreux et interchangeables imitateurs

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/09/jugement-esthetique-sur-david-hamilton-et-sur-lun-de-ses-nombreux-et-interchangeables-imitateurs/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Elections 2017 : bonnet d’âne ou d’ânesse bonnet?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/09/elections-2017-bonnet-dane-ou-danesse-bonnet/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

David Hamilton et ses jeunes filles, dans un monde de clones

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/08/david-hamilton-et-ses-jeunes-filles-dans-un-monde-de-clones/

***

Une belle séance de photos

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/08/une-belle-seance-de-photos/

***

MELODY/NOBUKO a Venezia, film di DAVID HAMILTON (2007) : L’estasi di un canto attraverso gli scorci dell’indimenticabile Venezia

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/08/melodynobuko-a-venezia-film-di-david-hamilton-2007-lestasi-di-un-canto-attraverso-gli-scorci-dellindimenticabile-venezia/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Pas de chrysanthèmes pour David Hamilton…

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/08/pas-de-chrysanthemes-pour-david-hamilton/

***

La photo belle est celle faite par David Hamilton

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/08/la-photo-belle-est-celle-faite-par-david-hamilton/

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Faut-il remonter à Manuel Valls pour comprendre QUI est responsable de NE PAS avoir protégé David Hamilton?

Publié le 8 avril 2017 par defensededavidhamilton

Le 25 novembre 2016, jour qui serait celui du décès du photographe d’origine britannique David Hamilton, le premier ministre en France était Manuel Valls, homme d’Etat d’origine espagnole, précédemment Ministre de l’Intérieur (16/05/2012 au 31/03/2014).

L’article art. 223-6 du code pénal (art. 63-1 de l’ancien code pénal) dit:

Art. 223-6
Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l’intégrité corporelle de la personne s’abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.
Sera puni des mêmes peines quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

Lorsque David Hamilton (fin octobre 2016) fat part de ses craintes pour sa vie, est-ce que les forces de l’ordre ne pouvaient et ne devaient pas, par leur action immédiate, et si elles avaient reçu des ordres immédiats de leur hiérarchie, porter assistance à David Hamilton?

L’article 121-310 du Code pénal prévoit qu’il y a délit en cas de « manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait. »

Si la sécurité des citoyens est le premier devoir qui s’impose au gouvernement (on parle tant de protéger les citoyens contre le terrorisme, par exemple, comme le démontrent les défilés de soldats du « plan Vigie Pirate »), et si l’on veut bien se souvenir que la Déclaration des Droits de l’Homme est aussi celle du Citoyen, alors David Hamilton était un citoyen et…

Déclaration des Droits de « l’Homme ».

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi.

Article 12

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

*

Devoirs Généraux des fonctionnaires de la Police Nationale.

Article 8

Le fonctionnaire de la Police nationale est tenu, même lorsqu’il n’est pas en service, d’intervenir de sa propre initiative pour porter assistance à toute personne en danger, pour prévenir ou réprimer tout acte de nature à troubler l’ordre public et protéger l’individu et la collectivité contre les atteintes aux personnes et aux biens.

*

Or on lisait ceci, le 27 octobre 2016, un mois avant la mort de David Hamilton.

http://www.sudinfo.be/1704799/article/2016-10-26/david-hamilton-a-ete-marie-une-seule-fois-a-une-belge

Faites comme moi, faites des captures d’écran de cet article !

Une agence d’information d’un pays voisin et francophone notait que David Hamilton et / ou ses proches avaient peur que le photographe ne finisse comme John Lennon, qu’il n’avait pas d’enfants et qu’il avait 83 ans, et que le même Hamilton ne voulait pas qu’on dise où il habitait. Il avait donc peur.

Un homme qui a l’intention de se « suicider » demande-t-il à ce qu’on tienne secret son domicile? Evoque-t-il le meurtre de John Lennon?

Cet article a-t-il pu échapper à la supervision de la part de services de la police? Comment se fait-il qu’aucun journal, absolument aucun, n’ait repris ces informations?

Comment explique-t-on que les journaux aient vu un « aveu » dans le suicide de David Hamilton, après avoir passé sous silence qu’il ne voulait pas finir comme John Lennon?

Qu’a fait la police, et qu’a fait le premier ministre Valls?

LARBINS DE L’IMPÉRIALISME OU ESPRIT LIBRE ET NON-ALIGNÉ ?

Les États-Unis viennent une fois de plus de violer les statuts de l’ONU en décidant unilatéralement de bombarder la Syrie libre, je veux dire : hors des domaines encore entre les mains du terrorisme américano-islamique. Le pantin Trump vient de renier son récent engagement à œuvrer à la paix en bonne entente avec la Russie et à se désengager des affaires intérieures de la Syrie.

Comme d’habitude, la propagande (qui ne trompe plus grand monde) évoque les armes dites chimiques. Données invérifiables et quand bien même, ne donnant aucun droit particulier d’intervenir ! Comme si d’ailleurs il était pire de mourir salement de la chimie que proprement d’une bombe « classique ». Ce pays dirigé par les gens les plus cyniques et hypocrites, près à tout et à toutes les violations des accords internationaux comme son allié objectif Israël, ce pays premier à utiliser tout un tas d’armes les plus destructrices et meurtrières qui soient, ce pays qui est en état de guerre permanent depuis des décennies (bien évidemment hors de chez lui), ce pays colonialiste et qui fut par le passé génocidaire des amérindiens n’a de leçon à donner à personne, et n’a encore moins à répondre à une supposée barbarie par une autre barbarie, et celle-là bien réelle.

Dans le concert national de la campagne présidentielle, j’ai entendu à ce propos les interventions de six des candidats.

Macron, approuve et serait partisan d’en faire encore bien plus. Là, son programme est bien net.

Fillon serait partisan de résoudre cette guerre par un accord politique on ne sait trop entre qui et qui.

Hamon de même, est pour un accord politique, à cette nuance près qu’il demande une résolution de la guerre par l’éviction dudit régime d’El-Assad !

Mélenchon vaseux a mis le compte de l’intervention américaine sur le dos de Merkel !

Le Pen a évoqué, et c’est tout, les leurres et les mensonges nord-américain pour justifier de la guerre déjà contre l’Irak.

Les trois premiers sont objectivement les petits toutous de l’impérialisme. Et les deux derniers me semblent bien timorés et un peu courts.

Par contre, Asselineau, nettement plus complet et cohérent, a été le seul a clairement dénoncer l’illégalité de l’action américaine et son irresponsabilité, rappelant les propagandes diverses passées pour justifier « moralement » de telles interventions. Il approuve l’attitude russe ainsi que la prudence chinoise. Et a rappelé encore une fois que s’il était élu, donc si la France quittait ladite Union Européenne et l’OTAN, il respecterait scrupuleusement les statuts de l’ONU dans un esprit non-aligné et de détente. Et d’indépendance nationale. Enfin, pour être complet, il a dénommé Trump, « le Tsipras américain ». Tsipras, ce premier ministre grec, à la fois ami de Macron et de Mélenchon, qui a organisé un référendum sur la dette publique grecque, sur lequel il s’est assis, pour signer un accord avec les créanciers de la Grèce. Assis comme la majorité des députés de droite et de gauche français suite au référendum de 2005 d’ailleurs.

SUR LE BLOC EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

David Hamilton, victime de la damnatio memoriae

Un monde qui décerne le prix Nobel de la « Paix » à Barack Hussein Obama (et bientôt à Trump?),

un monde où l’on voit François Hollande décréter que les Etats-Unis ont « bien » fait d’envoyer leurs missiles sur la Syrie (alors qu’affaiblir la Syrie, c’est par ailleurs affaiblir la lutte contre l’ISIS),

un monde où des missiles des Etats-Unis (qui ont déclaré et / ou mené pratiquement toutes les guerres du XXe siècle et de celui-ci, je le rappelle) tuent des enfants innocents sous prétexte de « venger » d’autres enfants pareillement innocents,

un monde où l’ONU n’a plus aucun rôle, un monde où le président américain ne demande même plus l’avis du Congrès américain pour aller bombarder la Syrie (membre de l’ONU),

un monde où l’on répond aux « crimes de guerre » (réels ous supposés) par d’autres crimes de guerre,

un monde où les peuples (par exemple le peuple palestinien) n’ont aucun droit à l’autodétermination,

un monde où les Etats-Unis ont recommencé à jouer aux « gendarmes du monde », et ont recommencé le 6 avril, et ce ne peut être un hasard, cent ans jour pour jour avant leur entrée dans la première guerre mondiale,

un monde qui décerne le prix Nobel de littérature à un chantailleur sans voix du nom de Robert Zimmerman (dit Bob Dylan), dont les textes sont à mon avis (j’espère avoir le droit de le dire) d’une pathétique nullité,

un monde qui « protège » (contre qui, contre quoi?) des écrivaillons « fameux » mais qui n’a nullement protégé David Hamilton, 83 ans, quand ce dernier disait publiquement qu’il sentait sa vie menacée,

un monde où l’on apprend qu’en Suède plus de 150 personnes viennent de se faire volontairement implanter sous la peau un « microchip »,

un monde où la NSA espionne toutes les communicatons de tout le monde,

mais un monde où personne ne réagit plus à rien,

ce monde sur lequel souffle le vent (pour mon odorat fétide) des néoconservateurs, de la médiocrité, de l’inversion des valeurs, du puritanisme,

ce monde est un monde depuis longtemps fini.

Et que dire d’un pays qui risque d’avoir à « choisir » entre Macron et Le Pen,

pays où par ailleurs on ne sait (officiellement) encore rien, par exemple, sur les meurtres de Boulin et de Fontanet, sans parler de la fin (atroce) de Khadafi?

On est dans un monde où trop souvent le beau est appelé laid, où le mensonge est appelé vérité, où les nullités sont appelées « écrivains », tandis que les vrais écrivains et les vrais artistes, les vrais penseurs, depuis bientôt un siècle, sont méconnus, ostracisés ou vilipendés, quand ils ne sont pas assassinés – ou voués à la damnatio  memoriae.

Tout cela donne envie de se replonger dans le monde de David Hamilton.

***

Bêtise abyssale ou mauvaise foi? « David Hamilton enlevait » (sic) des petites filles de douze ans »…

Publié le 7 avril 2017 par defensededavidhamilton

Dans Libération, 18 juillet 2013, article signé Anne Diatkine.
On lit

« En 1976, le critique d’art du Figaro s’émeut «des hanches encore enfantines» et compatit à propos de «l’horrible douceur d’un enfer» vécu par David Hamilton, et avant lui par «Carroll et Nabokov», il faut quand même des garants. Cinq ans plus tard, une journaliste de Elle décrit sans malice, «Mia, 12 ans», dernière proie du «chasseur», dont elle raconte l’enlèvement à la sortie de l’école ».

Diantre… Si Madame Diatkine sait écrire, et si les mots ont un sens, David Hamilton aurait donc enlevé une petite fille du prénom de Mia, 12 ans, à la sortie de l’école…?

Et ces faits auraient été rapportés »sans malice » (?) par une journaliste du magazine Elle, cinq ans après 1976 donc en 1981 (selon Madame Diatkine).

Elle n° 1976 (1983)

Malheureusement, Madame Diatkne n’a peut-être jamais même lu l’article en question.

Je pense en effet, pour ma part, que c’est un article paru dans le n° 1976 du journal Elle. Et Madame Diatkine a confondu: elle a écrit 1981, parce que 1976 + 5 = 1981.

Mais non, chère Madame, le n° en question est de 1983, pas de 1981…

Madame Diatkine a donc vu non pas l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu (etc.), mais elle a lu un article d’une journaliste qui, toujours selon Madame Diatkine, raconterait l’enlèvement à la sortie d’une école d’une enfant de douze ans… Mais Mme Diatkine n’est pas capable d’en indiquer correctement l’année de parution. A-t-elle jamais lu l’article en question?…

Dans Le Point, en novembre 2016, une autre journaliste, cette fois, ne se trompe pas sur la date: elle indique correctement 1983, pour dater l’article dans Elle.

Lisons: « En 1983, une journaliste de Elle raconte dans un article assez grinçant que la dernière recrue du photographe britannique n’a que… 12 ans, et qu’il a littéralement enlevé la gamine à la sortie de son collège, chargeant manu militari sa bicyclette, à la vue de tous, dans le coffre de sa voiture… »

C’est ici:

http://www.lepoint.fr/people/hamilton-vous-avez-eu-les-calendriers-moi-j-ai-eu-les-filles-19-11-2016-2084161_2116.php

Et dès le lendemain (novembre 2016), plusieurs blogs reprennent « l’info », textuellement. Le blog qui suit parle « d’un » journaliste, et assure que la « dernière modèle » de David Hamilton avait 12 ans… Bref, que Hamilton n’a plus eu de modèles après 1983…

http://www.legossip.net/david-hamilton-a-journaliste-avez-calendriers-moi-jai-filles/279633/

 

Cherchez sur Google les mots, et placez-les entre guillemets : « chargeant manu militari sa bicyclette, à la vue de tous, dans le coffre de sa voiture« 

Des dizaines, des CENTAINES de sites ont recopié cette phrase, sans la moindre enquête, sans le moindre recoupement…

Je résume: un article de 1983 est cité par Libération (qui le situe en 1981) puis par Le Point, puis par des dizaines de blogs.

Il est évidemment plus que douteux que David Hamilton ait jamais « enlevé une fillette de 12 ans », « au vu de tous », « devant son école »… C’est là quelque chose que les parents, ou la police, n’auraient pas pu laisser passer. Invraisemblable.

Et donc, un écrit journalistique de 1983 déformé d’un journaliste à un autre jusqu’aux blogueurs… et à l’opinion publique…

 

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Nostalgie de la civilisation européenne et de David Hamilton

Publié le 7 avril 2017 par defensededavidhamilton

J’apprends avec tristesse ce matin, mais sans stupeur hélas, que les Etats-Unis de Donald Trump ont attaqué aujourd’hui la Syrie. Il s’agirait d’une représaille à une attaque qui aurait été perpétrée avec des « armes chimiques » par le gouvernement syrien. Je ne suis pas spécialement un partisan du président syrien. Je n’ai rien ni pour ni contre lui. En revanche, je crois et j’ai toujours cru au droit des peuples à leur autodétermination.

En d’autres termes, je suis anticolonialiste et je voudrais que chaque peuple – tous les peuples, y compris le peuple syrien ou le peuple palestinien – dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique, indépendamment de toute influence étrangère en général et américaine en particulier. Le problème est donc, ici, que le gouvernement syrien a nié un tel emploi d’armes chimiques, que la Russie aussi a parlé de « fake news », et que Trump n’a demandé ni l’accord de l’ONU ni celui du Congrès américain. Pas très « démocratique » tout ça.

Faut-il s’en étonner? L’idée du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, une belle idée, n’a jamais profité qu’à quelques peuples, mais pas à d’autres. Rappelons, et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, l’interdiction faite aux germanophones d’Autriche-Hongrie de s’unir à la République de Weimar.

Cette idée du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, les États-Unis ne l’ont jamais ratifiée ou adoptée. Et l’article 22 du Pacte de la vieille Société des Nations racontait la chanson (en somme, assez « trumpienne » ou « trumpiste », comment dit-on?) d’une « mission sacrée de colonisation » (sic). Le premier paragraphe de l’article postulait qu’il existait « des peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes dans les conditions particulièrement difficiles du monde moderne. Le bien-être et le développement de ces peuples forment une mission sacrée de civilisation».

Euh… la « civilisation », c’est Elvis Aaron Presley, Marilyn Monroe et le Big Mac?… Je pense quant à moi que la civilisation, non, ce n’est pas l’Occident. C’était nettement davantage David Hamilton et les innombrables références photographiques et picturales européennes qui étaient les siennes.

Aujourd’hui encore, c’est bien de cela qu’il s’agit: il s’agit d’occidentaliser le monde, de l’américaniser, de le coloniser. Déjà « l’accord des zones d’influence », contresigné par Churchill et Staline à Moscou dès le 9 octobre 1944, soumettait plusieurs pays européens à une tutelle de type quasi-colonial, et qui juridiquement ne restaient guère que sur le papier des sujets de droit international. Pour ne parler que de cela, l’établissement de la frontière occidentale de l’Union soviétique sur la ligne du pacte Hitler-Staline de 1939, le partage de l’Europe en zones « d’influence » ou le déplacement de la Pologne de 300 kilomètres vers l’ouest contredisaient le droit des peuples, en particulier des peuples vaincus, à disposer d’eux-mêmes. Il en va pareillement, aujourd’hui, en ce qui concerne la Grèce, pays littéralement acheté par l’UE qui, elle-même, n’est au fond que l’alliée pour ne pas dire la collaboratrice docile des Etats-Unis.

Applaudi chaudement par Israël (l’unique pays au monde qui poursuive encore aujourd’hui une politique de colonisation, en ignorant maintes résolutions de l’ONU, tout en occupant par ailleurs militairement depuis des dizaines d’années la région syrienne du Golan) et par la Grande-Bretagne, ses alliés traditionnels, Donald Trump a déclaré son opposition à l’emploi des armes chimiques et son amour des enfants, une déclaration avec laquelle je serais d’accord sur le principe, mais qui est pratiquement « drôle » (si l’on peut dire) si l’on pense aux « armes chimiques » attribuées à Saddam Hussein, et surtout aux millions de morts provoqués, au XXe siècle, par les armes chimiques américaines par exemple au Vietnam. Si les Américains n’avaient pas inventé, créé et diffusé, puis vendu dans le monde entier tant d’armes chimiques, les choses iraient peut-être mieux. On pense raisonnablement, par exemple, qu’au Vietnam 4,8 millions de personnes ont été exposées aux herbicides qui ont fait 3 millions de victimes dont au moins 150.000 enfants… Mais il ne doit pas s’agir d’un crime de guerre (ou contre l’humanité), ont expliqué les Américains : ils ont  refusé de juger l’utilisation de l’agent orange…

De vilains temps s’annoncent pour le monde, je le crains, quand un chef d’Etat – Donald Trump – se démontre donc capable d’attaquer n’importe quel pays, et cela sans même l’accord de l’ONU ou de son propre Congrès. Demain, à qui le tour? La Corée du Nord? L’Iran? Et puis?

Malheureusement, il me faut ici établir un parallèle avec l’affaire David Hamilton, où l’on a vu que des accusations étaient portées contre le grand photographe, qu’il les rejetait (tout comme le président syrien rejette les accusations portées contre lui), mais que des journalistes continuaient à l’attaquer, sans davantage respecter la déontologie journalistique que Donald Trump ne respecte l’ONU ou l’opinion du Congrès américain. Le monde de demain sera-t-il donc, décidément, celui du plus « fort »?

Hélas, le risque est grand. Car où est exactement la différence entre le président nord-coréen, par exemple, qui lance ses missiles sans l’accord de l’ONU (et dont la plupart tombent dans la mer) et le président américain qui lance les siens, lui aussi, sans accord de l’ONU? J’entends par là: comment fera-t-on pour reprocher au président nord-coréen de se passer de l’ONU, si on fait la même chose que lui? Décidément, que restera-t-il demain de liberté et de « démocratie »? Ces deux concepts n’auraient-ils pas mérité une autre définition, un autre respect, une autre mise en pratique? Il est fort tard désormais…

Le capitalisme (qui, à la fin, a vaincu au Vietnam puisque ce même capitalisme s’y est installé, qu’on le veuille ou non) veut la guerre, parce que le capitalisme, c’est la guerre. Va-t-on vers une guerre? S’y dirige-t-on même rapidement? Je crains que oui. A quand des frappes sur la Corée du Nord? Des frappes de quel type, d’ailleurs? Et quelle sera la réaction de la Chine?… A quand – pourquoi ne pas envisager aussi un tel scénario? – une reprise de l’embargo, des menaces ou des agressions contre l’Iran? Et la Russie? Veut-on porter la Russie à la guerre? C’est un triste destin qui se dessine, je le crains, pour l’Europe.

Pendant la seconde guerre mondiale, en tout cas en Europe, aucune arme chimique ne fut employée par les belligérants après la déclaration de la guerre, en septembre 1939, par la France et la Grande-Bretagne à l’Allemagne, et cela en raison du caractère nouveau de la campagne de la Blitz Krieg. Mais désormais, si une nouvelle guerre devait frapper l’Europe (et que ce soit dans un mois, dans un an ou dans dix ans), qu’en sera-t-il?

Tout cela tandis que l’on se dirige, en France, vers la probable présence,  au second tour, de Le Pen qui, si l’on considère à quels adversaires elle est confrontée, devient presque crédible aux yeux de beaucoup (pas aux nôtres, que l’on se rassure).

A se demander, de plus en plus, si l’élection « surprise » de Trump, et pourquoi pas celle de Le Pen, ne répondent pas aux désirs et aux desseins des « élites » – des élites capitalistes – actuelles.

Tout cela ne serait pas arrivé si l’on avait accordé, justement, le droit à l’autodétermination de tous les peuples, en Europe et hors d’Europe…

L’époque de David Hamilton est décidément loin. Très loin. Hélas… Il vaudrait mieux dire: son intemporalité.

Car sans doute l’époque de David Hamilton n’a-t-elle jamais existé dans « la » réalité. Ses jeunes filles n’ont jamais guère existé, sauf fugacement, ou dans son univers, dans son imagination, ou dans celle de quelques poètes…

 *******

J’acquiesce entièrement au présent texte.

Il y a peu d’années, un criminel de guerre, en guerre permanente contre plusieurs pays, nommé Barack Hussein Obama a reçu le prix Nobel de la Paix. Il faut dire qu’il s’agit d’une conception toute nobélienne de la paix, puisque Nobel, chimiste du mal, fut rien de moins que fabricant d’armes et inventeur de la dynamite.

Finalement comment s’en étonner à l’heure de l’inversion des valeurs, de la déliquescence morale totale et de la barbarie de notre fin de civilisation. La bête immonde, je veux dire l’empire mondialiste occidental a du plomb dans l’aile et se débat comme il peut. Part en quenouille. Avec toute sa violence bestiale. Mais le processus peut prendre plusieurs générations. Et en attendant, l’on va au-devant d’aberrations gigantesques.

Trump n’a donc pas mis longtemps à se faire manipuler et à s’aligner sur le complexe militaro-industriel impérial. Cela intervient juste quelques jours après que son compatriote, un chantailleur et poétaillon, accessoirement pacifiste du moins autrefois, nommé Robert Allen Zimmerman, dit Bob Dylan, a reçu « à huis clos » (!), un prix Nobel de littérature grotesque. Tout se tient !

L’hypocrisie et le mensonge intégral gouvernent le monde occidental. Et l’incommensurable médiocrité inhumaine.

Je ne savais pas que bombarder (en gros lâches et gros salopards technologistes, en contradiction avec lesdites « lois de la guerre », et en toute ingérence) des populations civiles d’un autre pays, et plus généralement des êtres humains otages pouvaient montrer quelque volonté d' »humaniser la guerre », de dénoncer la prétendue barbarie du camp adverse, ou montrer quelque sentiment d’affliction ou de compassion envers les victimes (quelles qu’elles soient) de ce meurtre gigantesque d’un peuple organisé, de concert, par la racaille suprémaciste occidentale et les ordures prétendument « islamistes ».

Au cas où certains ne l’auraient pas encore compris, il s’agit de mettre à la botte des occidentaux un pays d’importance sur l’une des routes du gaz. Et accessoirement de détruire le patrimoine de l’un des berceaux majeurs de la civilisation.

Les dirigeants, mais aussi les populations des États-Unis ne comprendront quelque chose que le jour où ça sera leur propre pays (un pays volé aux amérindiens ne l’oublions pas) qui sera à feu et à sang. Ça viendra, et très probablement par le Sud, mais aussi du cœur même des grandes villes. Les bunkers, même les plus solides, ne sont pas éternels.

Trump tu as commencé, et bien rapidement, à tromper ton monde et tes électeurs. Et tous les êtres humains (dans les deux sens du terme) en général.

L’illusion a été de très courte durée.

*******

À LIRE ENCORE

6 avril 1917 – 6 avril 2017: mauvais anniversaire pour la paix dans le monde

Élection présidentielle (suite, encore)

Abordons maintenant le dernier trio des candidats élyséens, tout en en restant à l’essentiel de ce qui nous occupe et préoccupe en, et par, cette élection.

D’abord Jacques Cheminade.

De Cheminade nous dirons que le personnage politique à éclipses est pour le moins bizarre autant qu’étrange. Retenons ces quelques éléments parmi bien d’autres :

– Il fut dans les années quatre-vingt le secrétaire général du POE, le Parti Ouvrier Européen qui n’avait d’ouvrier que le nom ; et que très généralement on place à l’extrême-droite dudit échiquier politique. Et ses références à Marx et à Lénine n’y changeaient rien. Si l’on veut risquer une comparaison, c’est un peu comme de nos jours lorsque la revue de ladite « nouvelle droite » « Éléments » récupère tout un tas d’auteurs dits de gauche ou plus encore, jusqu’à Debord y compris.

– Il critique depuis longtemps la Finance internationale (ou du moins une partie d’entre elle), comme peut le faire quelqu’un d’extrême-droite, c’est-à-dire dans la lignée de gens tel que Henry Coston. Aux dernières nouvelles « partisan d’un monde sans la City ni Wall Street » (sic), critique de la Réserve fédérale américaine et plus récemment du FMI, il serait partisan d’un nouveau système monétaire international basé sur l’étalon-or, et prônerait une banque à l’exportation française du genre de celle qui existe aux États-Unis depuis 1945, l’Eximbank, agence de crédit aux exportations américaines. Autrement dit, il milite pour un affaiblissement du capitalisme nord-américain au profit du reste du capitalisme mondial, rien d’autre.

– Adorateur ou plus exactement adulateur benêt-béat de la technique, du « technologisme », il prônait dès les années quatre-vingt la réouverture de 120 centrales nucléaires rien qu’aux États-Unis (on se demande pourquoi, n’étant pas américain, d’ailleurs). Plus récemment, le pitre voulait coloniser la Lune pour en faire « une base pour la production d’énergie par la fusion thermonucléaire contrôlée » (sic) et plus récemment encore, et pour les temps prochains, coloniser Mars ! C’est dire son ignorance crasse de ce qu’est l’espace qui nous entoure. Déjà (contrairement aux allégations américaines grotesques que les États-Unis aient réalisé des voyages humains vers et sur la Lune) on est incapable, en l’état de la technique, de passer la « double ceinture de Van Allen » radioactive liée au magnétisme terrestre qui entoure notre Terre, plus la troisième, née depuis, des essais nucléaires nord-américains dans l’espace.

– Girouette politique, Cheminade appela à voter Giscard en 1981 car plus pro-nucléaire que Mitterrand et pas du tout enclin à avoir des ministres dits « communistes » (de nos jours, devenu jauressien et gaulliste (sic) il est pour un rapprochement avec la Russie). En 2007, il déclarera voter au premier tour pour Royal et en 2012 au second tour pour Hollande. En 2005, il fait campagne pour le « non«  au référendum sur l’Europe tout en proposant une « autre Europe », déclarant que compte tenu de la démographie française (sic) il fallait favoriser l’immigration facteur de « dynamisme social » ! Évoquant « accueil et codéveloppement » comme étant « la mission universelle de la France » ! Traduit en langage courant : colonialisme interne et colonialisme externe, pour le plus grand profit du capitalisme français et autre.

– Ajoutons pour finir que, lui non plus, ou plutôt lui aussi, n’a pas échappé à la justice, nous évoquerons ici (années 84-86) l’affaire la plus grave, scandaleuse, d’abus de faiblesse (ressemblant un peu à celle de Le Pen qui hérita d’un certain Hubert Lambert des ciments du même nom, être diminué, mort alcoolique et sans héritier direct à quarante-deux ans). Avec trois complices, Cheminade se fera remettre près d’un million deux cent mille francs d’une personne âgée, elle également diminuée, pour le POE précédemment cité, la Fondation pour l’énergie de fission (son obsession) et la Coalition anti-drogue (un autre de ses dadas, celui-là plus respectable). Condamné avec les trois autres, à rembourser la famille spoliée de son héritage, ainsi qu’à quinze mois de prison avec sursis, en 1992, sa peine fut réduite en 1996 à neuf mois avec sursis, ce qui lui permit de bénéficier rétroactivement de la loi d’amnistie du 3 août 1995.

à suivre : Nicolas Dupont, dit Dupont-Aignan

SUR LE BLOG EN DÉFENSE DE DAVID HAMILTON

Hardi çon et flaflas de la calomnie

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/hardis-con-et-flaflas-de-la-calomnie/

***

Quand Poupette lavait sa layette en famille

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/quand-poupette-lavait-sa-layette-en-famille/

***

La conduite de Poupette

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/la-conduite-de-poupette/

***

Tourne, tourne Poupette, autour de moi

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/tourne-tourne-poupette-autour-de-moi/

***

Poupette a des remords?

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/poupette-a-des-remords/

***

Poupette aurait un coeur !

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/poupette-aurait-un-coeur/

*******

Le cas nu du cul nu du cul nul

 

https://defensededavidhamiltonblog.wordpress.com/2017/04/06/le-cas-nu-du-cul-nu-du-cul-nul/

Guy de Maupassant

in Contes du jour et de la nuit (C. Marpon et E. Flammarion, [1885])

ADIEU

 

Les deux amis achevaient de dîner. De la fenêtre du café ils voyaient le boulevard couvert de monde. Ils sentaient passer ces souffles tièdes qui courent dans Paris par les douces nuits d’été, et font lever la tête aux passants et donnent envie de partir, d’aller là-bas, on ne sait où, sous des feuilles, et font rêver de rivières éclairées par la lune, de vers luisants et de rossignols.

L’un d’eux, Henri Simon, prononça, en soupirant profondément :

Ah ! je vieillis. C’est triste. Autrefois, par des soirs pareils, je me sentais le diable au corps. Aujourd’hui je ne me sens plus que des regrets. Ça va vite, la vie !

Il était un peu gros déjà, vieux de quarante-cinq ans peut-être et très chauve.

L’autre, Pierre Carnier, un rien plus âgé, mais plus maigre et plus vivant, reprit :

Moi, mon cher, j’ai vieilli sans m’en apercevoir le moins du monde. J’étais toujours gai, gaillard, vigoureux et le reste. Or, comme on se regarde chaque jour dans son miroir, on ne voit pas le travail de l’âge s’accomplir, car il est lent, régulier, et il modifie le visage si doucement que les transitions sont insensibles. C’est uniquement pour cela que nous ne mourons pas de chagrin après deux ou trois ans seulement de ravages. Car nous ne les pouvons apprécier. Il faudrait, pour s’en rendre compte, rester six mois sans regarder sa figure — oh ! alors quel coup ?

Et les femmes, mon cher, comme je les plains, les pauvres êtres. Tout leur bonheur, toute leur puissance, toute leur vie sont dans leur beauté qui dure dix ans.

Donc, moi, j’ai vieilli sans m’en douter, je me croyais presque un adolescent alors que j’avais près de cinquante ans. Ne me sentant aucune infirmité d’aucune sorte, j’allais, heureux et tranquille.

La révélation de ma décadence m’est venue d’une façon simple et terrible qui m’a atterré pendant près de six mois… puis j’en ai pris mon parti.

J’ai été souvent amoureux, comme tous les hommes, mais principalement une fois.

Je l’avais rencontrée au bord de la mer, à Étretat, voici douze ans environ, un peu après la guerre. Rien de gentil comme cette plage, le matin, à l’heure des bains. Elle est petite, arrondie en fer à cheval, encadrée par ces hautes falaises blanches percées de ces trous singuliers qu’on nomme les Portes, l’une énorme, allongeant dans la mer sa jambe de géante, l’autre en face, accroupie et ronde ; la foule des femmes se rassemble, se masse sur l’étroite langue de galets qu’elle couvre d’un éclatant jardin de toilettes claires, dans ce cadre de hauts rochers. Le soleil tombe en plein sur les côtes, sur les ombrelles de toute nuance, sur la mer d’un bleu verdâtre ; et tout cela est gai, charmant, sourit aux yeux. On va s’asseoir tout contre l’eau, et on regarde les baigneuses. Elles descendent, drapées dans un peignoir de flanelle qu’elles rejettent d’un joli mouvement en atteignant la frange d’écume des courtes vagues ; et elles entrent dans la mer, d’un petit pas rapide qu’arrête parfois un frisson de froid délicieux, une courte suffocation.

Bien peu résistent à cette épreuve du bain. C’est là qu’on les juge, depuis le mollet jusqu’à la gorge. La sortie surtout révèle les faibles, bien que l’eau de mer soit d’un puissant secours aux chairs amollies.

La première fois que je vis ainsi cette jeune femme, je fus ravi et séduit. Elle tenait bon, elle tenait ferme. Puis il y a des figures dont le charme entre en nous brusquement, nous envahit tout d’un coup. Il semble qu’on trouve la femme qu’on était né pour aimer. J’ai eu cette sensation et cette secousse.

Je me fis présenter et je fus bientôt pincé comme je ne l’avais jamais été. Elle me ravageait le cœur. C’est une chose effroyable et délicieuse que de subir ainsi la domination d’une femme. C’est presque un supplice et, en même temps, un incroyable bonheur. Son regard, son sourire, les cheveux de sa nuque quand la brise les soulevait, toutes les plus petites lignes de son visage, les moindres mouvements de ses traits, me ravissaient, me bouleversaient, m’affolaient. Elle me possédait par toute ma personne, par ses gestes, par ses attitudes, même par les choses qu’elle portait qui devenaient ensorcelantes. Je m’attendrissais à voir sa voilette sur un meuble, ses gants jetés sur un fauteuil. Ses toilettes me semblaient inimitables. Personne n’avait des chapeaux pareils aux siens.

Elle était mariée, mais l’époux venait tous les samedis pour repartir les lundis. Il me laissait d’ailleurs indifférent. Je n’en étais point jaloux, je ne sais pourquoi, jamais un être ne me parut avoir aussi peu d’importance dans la vie, n’attira moins mon attention que cet homme.

Comme je l’aimais, elle ! Et comme elle était belle, gracieuse et jeune ! C’était la jeunesse, l’élégance et la fraîcheur même. Jamais je n’avais senti de cette façon comme la femme est un être joli, fin, distingué, délicat, fait de charme et de grâce. Jamais je n’avais compris ce qu’il y a de beauté séduisante dans la courbe d’une joue, dans le mouvement d’une lèvre, dans les plis ronds d’une petite oreille, dans la forme de ce sot organe qu’on nomme le nez.

Cela dura trois mois, puis je partis pour l’Amérique, le cœur broyé de désespoir. Mais sa pensée demeura en moi, persistante, triomphante. Elle me possédait de loin comme elle m’avait possédé de près. Des années passèrent. Je ne l’oubliais point. Son image charmante restait devant mes yeux et dans mon cœur. Et ma tendresse lui demeurait fidèle, une tendresse tranquille, maintenant, quelque chose comme le souvenir aimé de ce que j’avais rencontré de plus beau et de plus séduisant dans la vie.

Douze ans sont si peu de chose dans l’existence d’un homme ! On ne les sent point passer ! Elles vont l’une après l’autre, les années, doucement et vite, lentes et pressées, chacune est longue et si tôt finie ! Et elles s’additionnent si promptement, elles laissent si peu de trace derrière elles, elles s’évanouissent si complètement qu’en se retournant pour voir le temps parcouru on n’aperçoit plus rien, et on ne comprend pas comment il se fait qu’on soit vieux.

Il me semblait vraiment que quelques mois à peine me séparaient de cette saison charmante sur le galet d’Étretat.

J’allais au printemps dernier dîner à Maisons-Laffitte, chez des amis.

Au moment où le train partait, une grosse dame monta dans mon wagon, escortée de quatre petites filles. Je jetai à peine un coup d’œil sur cette mère poule très large, très ronde, avec une face de pleine lune qu’encadrait un chapeau enrubanné.

Elle respirait fortement, essoufflée d’avoir marché vite. Et les enfants se mirent à babiller. J’ouvris mon journal et je commençai à lire.

Nous venions de passer Asnières, quand ma voisine me dit tout à coup :

Pardon, monsieur, n’êtes-vous pas monsieur Carnier ?

Oui, madame.

Alors elle se mit à rire, d’un rire content de brave femme, et un peu triste pourtant.

Vous ne me reconnaissez pas ?

J’hésitais. Je croyais bien en effet avoir vu quelque part ce visage ; mais où ? mais quand ? Je répondis :

Oui… et non… Je vous connais certainement, sans retrouver votre nom.

Elle rougit un peu.

Madame Julie Lefèvre.

Jamais je ne reçus un pareil coup. Il me sembla en une seconde que tout était fini pour moi ! Je sentais seulement qu’un voile s’était déchiré devant mes yeux et que j’allais découvrir des choses affreuses et navrantes.

C’était elle ! cette grosse femme commune, elle ? Et elle avait pondu ces quatre filles depuis que je ne l’avais vue. Et ces petits êtres m’étonnaient autant que leur mère elle-même. Ils sortaient d’elle ; ils étaient grands déjà, ils avaient pris place dans la vie. Tandis qu’elle ne comptait plus, elle, cette merveille de grâce coquette et fine. Je l’avais vue hier, me semblait-il, et je la retrouvais ainsi ! Était-ce possible ? Une douleur violente m’étreignait le cœur, et aussi une révolte contre la nature même, une indignation irraisonnée, contre cette œuvre brutale, infâme de destruction.

Je la regardais effaré. Puis je lui pris la main ; et des larmes me montèrent aux yeux. Je pleurais sa jeunesse, je pleurais sa mort. Car je ne connaissais point cette grosse dame.

Elle, émue aussi, balbutia :

Je suis bien changée, n’est-ce pas ? Que voulez-vous, tout passe. Vous voyez, je suis devenue une mère, rien qu’une mère, une bonne mère. Adieu le reste, c’est fini. Oh ! je pensais bien que vous ne me reconnaîtriez pas, si nous nous rencontrions jamais. Vous aussi, d’ailleurs, vous êtes changé ; il m’a fallu quelque temps pour être sûre de ne me point tromper. Vous êtes devenu tout blanc. Songez. Voici douze ans ! Douze ans ! Ma fille aînée a dix ans déjà.

Je regardai l’enfant. Et je retrouvai en elle quelque chose du charme ancien de sa mère, mais quelque chose d’indécis encore, de peu formé, de prochain. Et la vie m’apparut rapide comme un train qui passe.

Nous arrivions à Maisons-Laffitte. Je baisai la main de ma vieille amie. Je n’avais rien trouvé à lui dire que d’affreuses banalités. J’étais trop bouleversé pour parler.

Le soir, tout seul, chez moi, je me regardai longtemps dans ma glace, très longtemps. Et je finis par me rappeler ce que j’avais été, par revoir en pensée, ma moustache brune et mes cheveux noirs, et la physionomie jeune de mon visage. Maintenant j’étais vieux. Adieu.